Paris, 20 mars 2019 (AFP) - Le jihadiste français Peter Cherif, arrêté fin 2018 à Djibouti, a été mis en examen le 22 février à Paris pour l'enlèvement en 2011 de trois Français au Yémen, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Ce Français de 36 ans proche des frères Kouachi, les assaillants du journal Charlie Hebdo en janvier 2015 à Paris, et déjà mis en examen fin décembre, a cette fois été mis en examen pour l'enlèvement au Yémen de trois humanitaires français membres de l'ONG lyonnaise Triangle génération humanitaire, selon une source proche de l'enquête.

Les juges d'instruction antiterroristes lui ont signifié de nouvelles charges pour "enlèvement et séquestration en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste" et pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle", a précisé la source judiciaire, confirmant une information du journal Le Parisien.

Enlevés le 28 mai 2011, les trois humanitaires âgés de 25 à 30 ans avaient passé plus de cinq mois de captivité avant d'être libérés en novembre 2011.

Arrêté le 16 décembre à Djibouti puis expulsé vers la France, Peter Cherif avait été une première fois mis en examen le 27 décembre pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" dans le cadre de cette information judiciaire portant sur son bref séjour et ses activités au Yémen, courant 2011, où il était devenu un cadre d'Al-Qaïda.

A son arrivée en France, ce vétéran du jihad avait été placé en garde à vue dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure.

Celui qui est aussi connu sous le nom de guerre d'"Abou Hamza" avait été inscrit en septembre 2015 par les États-Unis sur leur liste noire des "combattants terroristes étrangers".

Les services antiterroristes français le recherchaient depuis sa disparition au dernier jour de son procès à Paris, où il était jugé pour avoir rejoint les rangs d'Al-Qaïda.

En raison de ses liens avec les frères Kouachi, le nom de Peter Cherif est apparu dans l'enquête sur les attentats de janvier 2015 (Charlie Hebdo, Montrouge, Hyper Cacher) qui avaient fait 17 morts. L'organisation Aqpa avait depuis le Yémen revendiqué l'attentat contre Charlie Hebdo.

Mais s'il a pu être présenté par certains médias comme un "possible commanditaire" de ces attentats, Peter Cherif n'était visé par aucun mandat d'arrêt dans ce dossier qui a fait l'objet en janvier d'un renvoi devant la cour d'assises. Un procès devrait se tenir en 2021.

Publié le 20/03/2019 06:46
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Psychogénéalogie : comment les générations familiales qui nous précèdent laissent leur empreinte sur notre identité

07.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?