Managua, 15 mars 2019 (AFP) - Le gouvernement du Nicaragua a annoncé vendredi la libération de 50 opposants emprisonnés pour avoir participé à des manifestations contre le président Daniel Ortega, répondant partiellement à une exigence de l'opposition pour reprendre les négociations destinées à sortir le pays de la crise politique.

Le 27 février, cent personnes avaient déjà été libérées, quelques heures avant le début du dialogue entre les deux délégations, composées respectivement de six représentants de l'opposition et autant du gouvernement.

Plus de 600 "prisonniers politiques" sont toujours détenus dans le pays, selon l'opposition.

Mercredi, le gouvernement s'était engagé à libérer un "nombre appréciable" d'opposants détenus pour débloquer les négociations avec la plateforme d'opposition. L'Alliance civique pour la justice et la démocratie (ACJD), réunissant entreprises, société civile, paysans et étudiants, avait suspendu sa participation aux pourparlers trois jours auparavant.

Cette plateforme réclamait des "preuves indiscutables" de la volonté du gouvernement de négocier: libération inconditionnelle de tous les opposants, arrêt de la répression et rétablissement des libertés de la presse et de manifestation.

Le ministère de l'Intérieur a fait savoir dans un communiqué que 50 personnes avaient "bénéficié d'une série de mesures de clémence, telles que l'assignation à résidence". Les détenus ont quitté la prison de haute sécurité La Modelo, au nord de Managua, dans quatre bus.

Sur la liste de noms divulguée par les autorités n'apparaît aucune grande figure de l'opposition.

Après trois jours de blocage, l'opposition a accepté jeudi de reprendre les négociations avec le gouvernement à la suite de la promesse du gouvernement du président Daniel Ortega de libérer des opposants.

Seul le représentant des étudiants n'a pas rejoint la table des pourparlers, ces derniers réclamant "des faits" et pas seulement des "promesses".

Les parties se sont réunies à nouveau vendredi en présence du nonce apostolique Waldemar Stanislaw Sommertag et de l'envoyé spécial de l'Organisation des États américains (OEA), Luis Angel Rosadilla.

Azahalea Solis, une déléguée de l'opposition qui s'est retirée des négociations jeudi en attendant la libération des prisonniers, a toutefois estimé que le nombre de personnes libérées était "insuffisant". "La demande est la même: la libération inconditionnelle des prisonniers politiques et la nullité de tous les procès", a-t-elle insisté.

Ces nouvelles négociations visent à trouver une issue à la crise politique qui secoue le pays depuis près de onze mois et a fait plus de 325 morts, essentiellement dans les rangs de l'opposition. Des centaines de personnes ont été incarcérées depuis le déclenchement de la crise, le 18 avril 2018, et nombre d'entre elles condamnées à plusieurs années de prison pour "terrorisme".

Le bloc d'opposition Unidad Nacional Azul y Blanco (UNAB) a appelé à une manifestation à Managua samedi pour exiger la libération de tous les prisonniers.

La police a annoncé qu'elle n'autoriserait pas cette marche qui représente, selon elle, "la continuité des provocations et des crimes des terroristes et des putschistes, qui ont semé le deuil, l'affliction, la douleur et ont laissé tant de vies perdues au Nicaragua".

Les organisateurs ont adressé une lettre au nonce apostolique et à M. Rosadilla leur demandant d'intercéder auprès du gouvernement pour qu'il autorise la manifestation. Ce "serait un signe important pour les Nicaraguayens et la communauté internationale de la volonté politique d'Ortega en faveur du dialogue en cours", indique le document.

L'ex-guérillero Daniel Ortega, âgé de 73 ans, est au pouvoir depuis 2007. Il est accusé par ses opposants d'avoir mis en place avec son épouse et vice-présidente Rosario Murillo une dictature corrompue et népotique.

Publié le 16/03/2019 12:27
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
04.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
05.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
06.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
07.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis