Paris, 15 mars 2019 (AFP) - L'ancien ministre socialiste Stéphane Le Foll a décidé vendredi de quitter le Bureau national du PS après l'annonce de la candidature de l'essayiste Raphaël Glucksmann aux élections européennes, avec le soutien attendu du PS samedi.

"J'ai décidé, et d'autres avec moi, de quitter le Bureau national du PS", déclare M. Le Foll dans un entretien au figaro.fr. "Pour autant, je reste au PS et au Conseil national car, un jour ou l'autre, l'identité politique de notre parti devra être remise à plat, sur la table".

L'ex-secrétaire d'État socialiste Ségolène Neuville a affirmé à l'AFP qu'elle quittait également le Bureau national. Selon l'entourage de M. Le Foll, l'ancienne ministre Marie-Arlette Carlotti devrait aussi le quitter.

En revanche, au sein du même courant que Stéphane Le Foll, Clotilde Valter a indiqué qu'elle restait au Bureau national.

Pour le maire du Mans, la candidature de Raphaël Glucksmann à la tête d'une liste qui devrait recevoir samedi le soutien du Conseil national du PS est "une mauvaise plaisanterie".

"Les écologistes restent écologistes, Benoît Hamon reste Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon reste Jean-Luc Mélenchon et nous, les socialistes, nous devrions nous effacer derrière Raphaël Glucksmann sans débat interne, sans aucune base idéologique et politique, sans ligne stratégique?", développe Stéphane Le Foll. "Olivier Faure a fait ce qu'il voulait faire, seul, de son côté et il devra l'assumer. Nous sommes loin, en tout cas, de cette renaissance du PS vendue aux socialistes lors du congrès".

Quant à Place publique, "ce mouvement inconnu de tous n'a ni ligne, ni portée, ni consistance!", juge l'ancien ministre de l'Agriculture. Place publique est le parti fondé par M. Glucksmann en novembre, autour des thématiques écologique, démocratique, sociale et européenne.

A la question de savoir s'il y aurait des candidats de son courant sur la liste Glucksmann, M. Le Foll répond: "Ceux qui voudront y aller iront, ils prendront leurs responsabilités".

"Les Français nous ont demandé de changer ou de mourir. Olivier Faure a fait un choix, Stéphane Le Foll en a fait un autre", a réagi un cadre du PS sous couvert d'anonymat. "Stéphane Le Foll n'est pas venu au Bureau national depuis des mois alors quelle différence ? C'est un déserteur", a poursuivi cette source.

Le doute travaille cependant d'autres courants du PS. Réunie vendredi soir, la gauche du PS a décidé de "soutenir la démarche de rassemblement avec Raphaël Glucksmann" mais sous conditions, a indiqué Laurent Baumel à l'AFP. Les membres du courant demandent une liste paritaire où le PS conserverait la moitié des places, et "un comité de campagne paritaire avec une communication respectueuse de l'apport du PS".

Publié le 16/03/2019 12:06
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
04.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
05.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
06.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
07.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
01.
Assange pourrait être extradé vers la Suède
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?