Villa del Rosario (Colombie), 23 fév 2019 (AFP) - Au moins 42 personnes ont été blessées lors de heurts sur le principal pont entre la Colombie et le Venezuela, par lequel l'opposition au président vénézuélien Nicolas Maduro entend faire entrer de l'aide, mais qui a été fermé sur ordre de Caracas, selon les secours.

Les blessés sont des Vénézuéliens qui voulaient rentrer dans leur pays avec de l'aide humanitaire par le pont Simon Bolivar, quand ils ont été repoussés à coups de grenades lacrymogènes lancées par les forces vénézuéliennes.

Quatorze d'entre eux ont dû "être transférés" pour recevoir des soins médicaux, a déclaré à l'AFP un employé de la Défense civile, sous couvert d'anonymat.

Les grenades "ont été lancées par la police vénézuélienne pour réprimer les manifestants", a déclaré un responsable policier du côté colombien, sous couvert d'anonymat.

Certains ont été blessés aussi par des jets de pierres et des balles en caoutchouc, selon d'autres sources policières consultées par l'AFP.

La majorité des manifestants reculaient sous les gaz lacrymogènes, puis repartaient à la charge contre la trentaine de policiers vénézuéliens bloquant la frontière.

Certains se sont servis des barrières du poste-frontière comme barricades.

Derrière les forces anti-émeutes vénézuéliennes s'entendaient des slogans tels que "No pasaran" (Ils ne passeront pas), scandés par des civils, nombre d'entre eux vêtus de rouge, couleur du régime chaviste.

Des troubles se sont également produits durant la journée sur le pont Francisco de Paula Santander, qui relie aussi les deux pays.

Des forces antiémeute ont bloqué le convoi de camions chargés de dizaines de tonnes d'aliments et de médicaments, qui tentaient de franchir le pont frontalier Santander, reliant Cucuta à la ville vénézuélienne d'Ureña, selon des journalistes sur place.

Sur ce pont deux camions ont en outre été incendiés, alors qu'ils étaient également chargés de l'aide internationale que l'opposant vénézuélien Juan Guaido entend faire entrer dans son pays en crise.

Publié le 24/02/2019 12:16
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis