Pacaraima (Brésil), 23 fév 2019 (AFP) - Les deux camions chargés d'aide humanitaire envoyée par le Brésil au Venezuela ont regagné samedi la ville brésilienne de Pacaraima, après avoir passé plusieurs heures à attendre face aux militaires vénézuéliens qui bloquaient la frontière, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Le premier camion était arrivé en milieu de matinée à l'endroit situé entre deux postes de douane où sont déployés les drapeaux des deux pays et s'est positionné à côté du drapeau du Venezuela.

En début d'après-midi, un deuxième camion s'est garé parallèlement au premier.

Cet endroit est situé à 300 mètres environ de la douane brésilienne et à la même distance du premier cordon de soldats vénézuéliens, déployé à quelque 500 m de la douane de ce pays.

Les deux véhicules étaient côte à côte, leur remorque tournée vers les militaires, pour que ceux-ci puissent constater qu'ils ne transportent que de l'aide humanitaire.

"En Colombie, nous avons perdu un camion. (Le leader de l'opposition) Juan Guaido nous a demandé de maintenir les vivres en sûreté. Ceux que nous voulons, c'est passer au Venezuela de façon pacifique", a affirmé un des coordinateurs de l'opération peu avant que les poids lourds ne rebroussent chemin vers Pacaraima.

"Notre bien le plus précieux est notre vie, nous ne voulons pas être massacrés", a-t-il ajouté.

Juan Guaido avait pourtant annoncé samedi à la mi-journée l'entrée au Venezuela d'un premier camion d'aide humanitaire par la frontière brésilienne, malgré l'ordre donné par le président Nicolas Maduro de la maintenir fermée.

Côté brésilien, des centaines de personnes qui s'étaient massées autour de ces deux camions étaient visiblement frustrées de les voir faire machine arrière.

De l'autre côté de la frontière, des heurts ont éclaté au moment où les camions sont repartis.

Les manifestants ont lancé des cocktails molotov et des pierres en direction des militaires, qui ont riposté avec des gaz lacrymogènes.

D'après les première informations recueillies sur place par l'AFP, aucun blessé n'était à déplorer.

Publié le 23/02/2019 11:59
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?