Paris, 20 fév 2019 (AFP) - De nouveaux types de médicaments en développement, tels que les thérapies géniques, peuvent désormais bénéficier d'un délai d'autorisation raccourci pour leurs essais cliniques afin de "permettre un accès plus rapide aux traitements innovants", a annoncé mercredi l'Agence du médicament (ANSM).

Ce dispositif d'autorisation accélérée, dit "fast track", a été créé en octobre dernier. Il ramenait le délai de réponse de l'Agence nationale de sécurité du médicament de 60 jours à 40 jours pour les essais cliniques de médicaments innovants, et à 25 jours pour les nouveaux essais portant sur des molécules déjà connues par l'ANSM.

Depuis lundi, cette possibilité est étendue aux essais "à design complexe" ainsi qu'aux médicaments de thérapie innovante (MTI), qui désignent les thérapies géniques, cellulaires et tissulaires, a annoncé l'ANSM.

Le gendarme français du médicament aura désormais 40 jours maximum (au lieu de 60) pour examiner les demandes d'autorisation d'essai clinique à design complexe d'un médicament, 110 jours (au lieu de 180) pour un essai clinique "à design complexe" de MTI et 60 jours (au lieu de 180) pour un nouvel essai d'un MTI déjà connu.

"Ce dispositif a pour objectif (...) de préparer l'ANSM à être plus réactive en prévision de l'entrée en vigueur du futur règlement européen sur les essais cliniques prévue au plus tard en 2020, d'améliorer la qualité et la sécurité des dossiers déposés", expliquait l'agence en octobre.

L'évolution de ce dispositif "constitue une excellente nouvelle pour l'innovation médicale française et les patients", avait salué dès lundi France Biotech, l'association des entreprises françaises dans les sciences de la vie.

Alors que la participation du pays dans de nouveaux essais cliniques internationaux était déclinante ces dernières années, cette procédure de "fast track" devrait permettre "de rendre la France à nouveau attractive" dans ce domaine, avait ajouté France Biotech.

Publié le 20/02/2019 08:09
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

02.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

03.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

04.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

07.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise