Bamako, 19 fév 2019 (AFP) - Le préfet de la localité malienne de Ténenkou (centre), enlevé il y a plus de neuf mois par des jihadistes présumés, ainsi qu'un journaliste, ont été libérés tandis que quatre civils également détenus dans cette région ont été tués, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Par ailleurs, des hommes armés, dont des membres présumés de groupes de chasseurs dogons, ont attaqué deux villages de la même région, dans le secteur de Bankass, près de la frontière avec le Burkina Faso, faisant au moins une dizaine de morts, selon des habitants et la Mission de l'ONU au Mali (Minusma).

"Le préfet Makan Doumbia, enlevé le 8 mai 2018 dans la région de Mopti, a été libéré lundi grâce à une action de la Sécurité d'Etat" (services de renseignements maliens), a affirmé à l'AFP une source de sécurité malienne sous le couvert de l'anonymat, ajoutant qu'il se trouvait depuis "à Bamako en soins intensifs".

Interrogée par l'AFP sur d'éventuelles contreparties, cette source a "catégoriquement refusé" de confirmer ou d'infirmer les informations selon lesquelles cette libération résulterait d'un échange de prisonniers.

Un fils du préfet a confirmé la nouvelle. "J'ai pu parler à mon père. Il est très fatigué. Mais le plus important est qu'il est libre", a-t-il déclaré à l'AFP.

Le journaliste malien Issiaka Tamboura, enlevé fin décembre dans le centre du Mali, a également été libéré et hospitalisé à Bamako, a-t-on appris par la suite de source de sécurité et dans les médias maliens.

Par ailleurs, dans la localité voisine de Toguéré-Koumbé, quatre autres otages de jihadistes présumés ont été tués la semaine dernière, selon une source de sécurité malienne et l'association de défense des droits des populations pastorales Kisal.

L'association a annoncé lundi soir "avoir appris que des présumés jihadistes ont exécuté quatre Bozos (une des nombreuses ethnies peuplant le Mali, NDLR) qu'ils détenaient à l'entrée du village de Toguéré-Koumbé" le 16 février.

Une source de sécurité malienne a confirmé "que quatre civils otages des terroristes depuis décembre ont été retrouvés tués à Toguéré ce week-end", sans autre indication.

Dans la même région, au sud-est de Mopti, deux attaques similaires ont frappé successivement les villages de Minima Maoudé le 16 février et de Libé le 17, selon un communiqué de la Minusma, faisant à chaque fois état de "plusieurs morts et blessés" civils et de l'incendie de cases et de greniers du village.

L'attaque de Libé (également orthographié Lybé) a été confirmée à l'AFP par un rescapé et une source municipale.

"Des donzos à la recherche des éleveurs peuls qui selon eux sont venus se cacher à Lybé ont attaqué notre village", a affirmé un habitant Hama Lardy Sow, en référence aux groupes de chasseurs dogons. "On a perdu 12 personnes, dont trois femmes", a-t-il dit.

Le bilan de 12 morts a été confirmé par une source municipale dans la commune proche de Bay.

Depuis l'apparition il y a quatre ans dans la région du groupe jihadiste du prédicateur peul Amadou Koufa, recrutant prioritairement dans sa communauté, les affrontements se multiplient entre les Peuls, traditionnellement éleveurs, et les ethnies bambara et dogon, pratiquant majoritairement l'agriculture, qui ont créé leurs propres "groupes d'autodéfense".

Ces violences, qui ont fait plus de 500 morts civils en 2018, selon l'ONU, se sont poursuivies malgré la mort de Koufa lors d'une opération militaire française en novembre, soutenue par l'armée malienne.

Publié le 20/02/2019 12:10
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
03.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
04.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
07.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2