Kano (Nigeria), 17 fév 2019 (AFP) - Cinq civils ont été tués dans des combats entre forces gouvernementales et le groupe jihadiste Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, ont annoncé dimanche des habitants et des membres d'une milice.

Les civils ont été tués samedi dans la ville de Buni Yadi (Etat de Yobe) au cours d'une attaque au cours de laquelle cinq jihadistes et quatre soldats ont été tués, selon l'armée.

A peu près au même moment, des attaques ont été lancées contre des positions militaires à Gajibo et Gajoganna, au nord de Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno, a-t-on appris de sources sécuritaires dans la ville.

Un habitant de Buni Yadi, Aisami Lawan, a déclaré à l'AFP que les assaillants avaient attaqué vers 17H30 (16H30 GMT) et que les combats avaient duré plus de deux heures. "Un projectile a touché une maison proche, tuant les cinq occupants qui s'y trouvaient. Onze personnes ont aussi été blessées par des balles perdues et des shrapnels".

Un membre de la milice civile (CJTF) qui collabore avec les forces gouvernementales a confirmé ces informations, précisant que les membres de Boko Haram avaient été tués après cette attaque. "Quand les terroristes ont voulu repartir, une unité du CJTF avait tendu une embuscade", a-t-il dit.

Auparavant, un porte-parole de l'armée, Sagir Musa, avait déclaré que cinq des assaillants d'une base militaire, à bord de quatre camionnettes équipées de mitrailleuses et de deux véhicules blindés, "avaient subi leur Waterloo" et avaient été abattus vers 18H00 (17H00 GMT).

Un officier et trois soldats ont été tués pendant les combats, avait-il ajouté. Cinq soldats ont été blessés.

La base de Buni Yadi, située près de la frontière avec l'Etat de Borno, épicentre de l'insurrection jihadiste, avait déjà été visée par une attaque islamiste en janvier, lorsque quatre soldats avaient été tués. Les combattants de Boko Haram avaient été repoussés après l'intervention d'un soutien aérien.

Et en février 2014, les islamistes avaient attaqué le centre universitaire public de la ville, tuant 43 étudiants et détruisant dortoirs, salles de cours et laboratoires.

Le président nigérian Muhammadu Buhari, en campagne pour un second mandat, avait été élu en 2015 après avoir promis de mettre fin à la rébellion islamiste de Boko Haram.

Mais la situation dans le nord-est du pays est alarmante avec des dizaines, voire des centaines de soldats tués au cours des derniers mois par le groupe jihadiste.

Plus de 27.000 personnes sont mortes depuis le début du soulèvement de Boko Haram dans le nord-est du pays, en 2009, alors que 1,8 million de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.

Publié le 17/02/2019 04:57
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?