Kano (Nigeria), 17 fév 2019 (AFP) - Cinq civils ont été tués dans des combats entre forces gouvernementales et le groupe jihadiste Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, ont annoncé dimanche des habitants et des membres d'une milice.

Les civils ont été tués samedi dans la ville de Buni Yadi (Etat de Yobe) au cours d'une attaque au cours de laquelle cinq jihadistes et quatre soldats ont été tués, selon l'armée.

A peu près au même moment, des attaques ont été lancées contre des positions militaires à Gajibo et Gajoganna, au nord de Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno, a-t-on appris de sources sécuritaires dans la ville.

Un habitant de Buni Yadi, Aisami Lawan, a déclaré à l'AFP que les assaillants avaient attaqué vers 17H30 (16H30 GMT) et que les combats avaient duré plus de deux heures. "Un projectile a touché une maison proche, tuant les cinq occupants qui s'y trouvaient. Onze personnes ont aussi été blessées par des balles perdues et des shrapnels".

Un membre de la milice civile (CJTF) qui collabore avec les forces gouvernementales a confirmé ces informations, précisant que les membres de Boko Haram avaient été tués après cette attaque. "Quand les terroristes ont voulu repartir, une unité du CJTF avait tendu une embuscade", a-t-il dit.

Auparavant, un porte-parole de l'armée, Sagir Musa, avait déclaré que cinq des assaillants d'une base militaire, à bord de quatre camionnettes équipées de mitrailleuses et de deux véhicules blindés, "avaient subi leur Waterloo" et avaient été abattus vers 18H00 (17H00 GMT).

Un officier et trois soldats ont été tués pendant les combats, avait-il ajouté. Cinq soldats ont été blessés.

La base de Buni Yadi, située près de la frontière avec l'Etat de Borno, épicentre de l'insurrection jihadiste, avait déjà été visée par une attaque islamiste en janvier, lorsque quatre soldats avaient été tués. Les combattants de Boko Haram avaient été repoussés après l'intervention d'un soutien aérien.

Et en février 2014, les islamistes avaient attaqué le centre universitaire public de la ville, tuant 43 étudiants et détruisant dortoirs, salles de cours et laboratoires.

Le président nigérian Muhammadu Buhari, en campagne pour un second mandat, avait été élu en 2015 après avoir promis de mettre fin à la rébellion islamiste de Boko Haram.

Mais la situation dans le nord-est du pays est alarmante avec des dizaines, voire des centaines de soldats tués au cours des derniers mois par le groupe jihadiste.

Plus de 27.000 personnes sont mortes depuis le début du soulèvement de Boko Haram dans le nord-est du pays, en 2009, alors que 1,8 million de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.

Publié le 17/02/2019 04:57
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

02.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

03.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

04.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

07.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise