Washington, 16 fév 2019 (AFP) - Le chef du Pentagone Patrick Shanahan a indiqué samedi n'avoir encore pris "aucune décision" sur le financement du mur que veut construire Donald Trump à la frontière avec le Mexique en puisant dans le budget militaire.

"De façon très délibérée, nous n'avons pris aucune décision", a déclaré le ministre de la Défense par intérim dans l'avion qui le ramenait de Munich. Il participait en Allemagne à une réunion internationale lorsque le président américain a décrété vendredi "l'urgence nationale" pour faire face à ce qu'il qualifie d'"invasion" de gangs, de passeurs, de drogues et de migrants clandestins traversant la frontière avec le Mexique.

Grâce à cette procédure exceptionnelle, M. Trump a maintenant accès à des fonds fédéraux pour financer la construction du mur frontalier qu'il a promis lors de sa campagne présidentielle.

Le Pentagone est de loin la plus grande source de fonds fédéraux d'urgence, et la Maison Blanche a indiqué que le président allait accéder à 6,1 milliards provenant de deux sources du ministère de la Défense: 3,6 milliards d'un fonds consacré à la construction militaire, et 2,5 milliards de fonds destinés aux activités de lutte contre la drogue.

Or le Pentagone a fait savoir dès vendredi dans un communiqué que la Constitution accordait au ministre de la Défense le contrôle ultime des fonds prévus pour la construction militaire en cas de déclaration d'urgence nationale. Elle lui permet de "déterminer si des barrières à la frontière nécessitent l'utilisation des forces armées et la redistribution de fonds destinés à la construction militaire pour construire des barrières à la frontière", d'après le ministère.

"Il n'y a eu aucune détermination de ma part. C'est ce que je ferai demain", a précisé M. Shanahan aux journalistes qui l'accompagnaient.

M. Trump faisait planer depuis des mois la menace d'une déclaration d'urgence nationale pour obtenir le financement que le Congrès lui refuse pour son mur.

"Nous avons toujours anticipé que cela attirerait beaucoup d'attention et puisque de l'argent risque d'être redirigé. Vous imaginez les inquiétudes que cela suscite", a expliqué M. Shanahan.

Le Pentagone s'est donc préparé à cette éventualité et a identifié plusieurs sources possibles de financement dans son budget. "Je vais rentrer et revoir cette analyse maintenant que l'urgence nationale a été déclarée", a ajouté M. Shanahan.

Il s'est abstenu de préciser le montant des fonds que le Pentagone pourrait éventuellement débloquer et les projets qui pourraient être annulés. Le sujet est sensible aux Etats-Unis, où de nombreux logements militaires sont insalubres, selon un récent rapport.

Mais selon un responsable militaire ayant requis l'anonymat, "en ce qui concerne les 3,6 milliards de dollars, il est probable qu'il les dépensera". "Cependant, ce n'est pas certain tant que l'analyse n'est pas achevée", a-t-il ajouté.

Cette a source a précisé que la décision finale de M. Shanahan pourrait ne pas être annoncée avant plusieurs jours, car il souhaite consulter l'état-major et les responsables des différentes branches des forces armées.

Les fonds anti-drogue posent moins de problèmes au Pentagone car ce sont des fonds annuels, qui doivent être dépensés avant la fin de l'année.

Interrogé sur la latitude que lui accorde la Constitution, le ministre par intérim a répondu: "Je pense que j'ai beaucoup de latitude (...), je ne suis obligé à rien."

Publié le 17/02/2019 12:21
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
04.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis