Tirana, 16 fév 2019 (AFP) - Des milliers de manifestants protestaient samedi dans une ambiance tendue devant le siège du gouvernement albanais à Tirana, les forces de l'ordre ayant utilisé à plusieurs reprises des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour les repousser, a rapporté une journaliste de l'AFP.

Deux policiers ont été blessés et hospitalisés, alors que quatre manifestants ont été soignés pour troubles respiratoires, a annoncé le ministère de la Santé.

Répondant à l'appel de l'opposition, les manifestants réclamaient le départ du Premier ministre socialiste Edi Rama, au pouvoir depuis 2013, qu'ils accusent de "corruption". Ils ont plusieurs fois forcé un cordon de protection et occupé le parvis devant le siège du gouvernement.

Un groupe d'une centaine de manifestants a d'abord jeté des fumigènes et des pierres en direction de l'immeuble du gouvernement, gardé par un important dispositif policier, en scandant "Rama, va-t-en!".

Plusieurs fenêtres de l'immeuble ont été brisées par des jets de pierres. Une dizaine de manifestants ont également pénétré dans le bâtiment après avoir défoncé la porte d'entrée, avant d'être expulsés par les policiers qui se trouvaient à l'intérieur.

"La situation est hors de contrôle", a déclaré à la presse, au milieu de la foule, Lulzim Basha, chef du Parti démocratique (centre droit), principale force de l'opposition.

Il a accusé la police d'avoir laissé les manifestants s'approcher du bâtiment pour les "inciter à la violence" et permettre à Edi Rama d'en "accuser l'opposition".

Des milliers de manifestants étaient toujours rassemblés devant le siège du gouvernement en début d'après-midi, selon la journaliste de l'AFP.

Edi Rama, 54 ans, qui a entamé en 2017 son second mandat à la tête du gouvernement, avait annoncé la veille qu'il ne serait pas à Tirana pendant la manifestation. Il devait assister à Vlora (sud-ouest), sa circonscription, à un "dialogue" avec les habitants sur le "développement de la ville".

M. Rama est contesté par le Parti démocratique qui a déjà organisé plusieurs manifestations similaires sans toutefois ébranler son gouvernement.

"Le 16 février sera le dernier jour du pouvoir de Rama. Ce régime doit être renversé à tout prix", avait déclaré mercredi Lulzim Basha, lors d'un rassemblement de ses militants.

L'accusant de "collusion avec le crime organisé" et d'avoir "plongé le pays dans la corruption et la misère", l'opposition, composée de cinq partis de centre droit et de centre gauche, réclament la formation d'un gouvernement technique qui serait chargé d'organiser des élections législatives anticipées.

La vie politique albanaise est empreinte d'une très grande violence verbale, droite et gauche échangeant insultes et accusations de corruption ou de liens avec le crime organisé.

Publié le 16/02/2019 02:03
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

03.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

04.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

05.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

06.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…