Nicosie, 12 fév 2019 (AFP) - Le président israélien Reuven Rivlin s'est rendu mardi à Chypre pour marquer la fermeture il y a 70 ans de camps d'internement britanniques pour des juifs qui fuyaient vers la Palestine mandataire, au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

M. Rivlin a notamment visité un monument à Nicosie, la capitale de la République de Chypre, dédié aux 2.200 enfants de survivants de l'Holocauste nés entre 1946 et 1949 dans ces camps érigés par la puissance coloniale britannique à Chypre et en Palestine.

La Grande-Bretagne y avait détenu dans des tentes quelque 52.000 migrants, pour la plupart de jeunes orphelins.

Les détenus étaient interceptés en mer par les autorités du mandat britannique alors qu'ils tentaient de se rendre en Palestine, puis installés dans l'un des 12 camps de l'île située dans le sud-est du bassin méditerranéen, près de l'actuel Etat d'Israël.

Le président israélien s'est également entretenu avec son homologue chypriote Nicos Anastasiades, qui a salué le "partenariat stratégique" entre Israël et Chypre.

Les deux pays ont pour objectif d'améliorer leurs relations "surtout dans les domaines de l'énergie, de la sécurité, de l'économie, du tourisme, de la recherche et de l'innovation", a affirmé sur Twitter le président chypriote.

"Notre priorité en ce moment est de développer" le projet de gazoduc East Med permettant d'acheminer le gaz naturel du sud-est de la Méditerranée vers le reste de l'Europe, a déclaré M. Rivlin à l'issue de sa rencontre avec M. Anastasiades.

Les dirigeants de Chypre, Grèce et Israël ont conclu en décembre dernier un accord pour construire ce gazoduc, et la signature est attendue cette année.

Ce gazoduc, long de 2.200 km et dont la construction coûterait 7 milliards de dollars, pourrait devenir "l'un des plus grands projets sous-marin du monde", a affirmé le président israélien.

"La coopération énergétique dans l'est de la Méditerranée pourrait faire une grande différence pour les populations de Chypre, Israël, Grèce, d'Italie, Egypte, de Jordanie, et pour les Palestiniens et l'Autorité palestinienne", a-t-il ajouté.

Le tracé du gazoduc doit passer à 170 km au sud de Chypre et s'achever à Otranto, dans le sud de l'Italie, traversant la Grèce et la Crète, pour acheminer à l'Europe 20 milliards de m3 de gaz naturel par an.

Le développement du projet ne devrait toutefois pas commencer avant plusieurs années, et le gazoduc ne serait opérationnel qu'en 2025.

Publié le 12/02/2019 05:08
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe