Bruxelles, 12 fév 2019 (AFP) - Aucun vol ne sera autorisé au départ ou à l'arrivée mercredi en Belgique en raison d'une grève générale à laquelle participeront les aiguilleurs du ciel, a annoncé mardi Skeyes, l'entreprise chargée du contrôle du trafic aérien.

"Il n'y pas de certitude quant au nombre d'employés pour occuper un nombre limité de postes cruciaux. C'est pourquoi Skeyes se voit contrainte de ne pas autoriser le trafic aérien entre mardi 12 février 22h00 et mercredi 13 février 22h00", a annoncé l'entreprise dans un communiqué.

Aucun avion volant en-dessous de 8.000 mètres d'altitude, c'est-à-dire dans la zone contrôlée par Skeyes, ne sera par ailleurs autorisé à survoler le pays, a précisé à l'AFP Dominique Dehaene, porte-parole de l'entreprise.

Au-delà de 8.000 mètres, c'est un autre centre, à Maastricht (Pays-Bas) qui contrôle les avions survolant le territoire belge.

Skeyes n'est pas en mesure de dire combien de vols ni combien de passagers sont concernés.

Les vols gouvernementaux, militaires et d'urgence seront autorisés, a indiqué M. Dehaene.

Le mouvement va perturber le bon déroulement de la réunion des ministres de la défense des 29 pays de l'Otan mercredi et jeudi à Bruxelles, a-t-on appris auprès de l'Alliance. Certains ministres pourraient manquer le début de la réunion, a-t-on expliqué.

Une grève générale à l'appel de trois syndicats, qui réclament de meilleurs salaires, devrait paralyser la Belgique mercredi.

L'aéroport de Charleroi, le deuxième de Belgique, d'où opère notamment la compagnie irlandaise Ryanair, avait déjà annoncé sa fermeture.

La compagnie belge Brussels Airlines avait quant à elle annulé la totalité de ses 222 vols.

L'Allemand TUI fly a en revanche décidé d'assurer ses vols prévus au départ et à destination de Bruxelles, mais depuis les aéroports français et néerlandais les plus proches.

Cet appel des trois grands syndicats du pays --FGTB (socialiste), CSC (chrétien) et CGSLB (libéral)-- concerne tous les secteurs, aussi bien dans le public que dans le privé, et à travers tout le pays.

Ils réclament une hausse des salaires, une hausse des allocations et pensions, ainsi que de meilleures conditions de fin de carrière.

zap/csg/mra

COMPUTER SCIENCES CORPORATION

RYANAIR HOLDINGS PLC

Publié le 12/02/2019 05:04
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe