Dakar, 12 fév 2019 (AFP) - La gendarmerie sénégalaise a arrêté plus de 20 personnes et saisi des armes après la mort lundi de partisans du parti au pouvoir dans des heurts avec ceux de l'opposition, à moins de deux semaines de l'élection présidentielle, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Les heurts à Tambacounda, à 420 km à l'est de Dakar, entre partisans du président Macky Sall et d'Issa Sall, candidat du Parti de l'unité et du rassemblement (PUR), proche de la mouvance religieuse, ont fait au moins deux morts, les premiers signalés dans des violences électorales depuis le début de la campagne le 3 février.

Il s'agit d'Ibrahima Diop, poignardé par un membre présumé du PUR, selon des sources officielles, ainsi que d'un des jeunes motards qui ont ensuite tenté d'empêcher le convoi d'Issa Sall de quitter la ville et a été renversé par un véhicule, ont rapporté les envoyés spéciaux des médias sénégalais.

Un troisième sympathisant de la coalition au pouvoir, Benno Bokk Yaakaar (BBY, "Ensemble pour le même espoir", en wolof) aurait succombé à ses blessures, selon les médias, mais ce décès n'a pas été confirmé de source officielle.

"Vingt-quatre personnes ont été arrêtées par la gendarmerie", a déclaré mardi à l'AFP une source de sécurité, jointe à Tambacounda.

Parmi les personnes arrêtées, une vingtaine sont des partisans d'Issa Sall, a indiqué à l'AFP Moustapha Sarr, un responsable du PUR.

Il s'agit notamment de membres du service d'ordre du candidat, a dit le procureur de Tambacounda, Demba Traoré, à la radio Futurs Médias (RFM, privée), en précisant que des armes, dont des couteaux et des gourdins, avaient été saisies par la gendarmerie sur des membres du PUR.

A la suite de ces "événements tragiques", a annoncé Issa Sall sur son compte Twitter, "j'ai suspendu ma campagne" pour rentrer à Dakar.

Huit journalistes qui suivaient la campagne d'Issa Sall ont également été blessés par des militants présumés de BBY, selon des organisations représentant la presse.

Ces organisations, dont le Syndicat des professionnels de l'information et de la communication du Sénégal (Synpics) et Reporters sans frontières (RSF) ont condamné mardi une "attaque ciblée" visant le "minibus transportant les journalistes chargés de suivre le convoi du candidat" du PUR.

"Nous exigeons du procureur de la République l'ouverture d'une enquête dans les plus bref délais afin que cette forfaiture soit punie à la dimension de l'acte", affirment-elles dans un communiqué.

Elles réclament "que des bus sans effigies d'un quelconque candidat soient mis à la disposition des journalistes par les directoires de campagne, que ces véhicules soient marqués de l'inscription +Presse+, et surtout qu'ils soient sécurisés par les forces de défense et de sécurité".

Macky Sall, qui espère gagne dès le premier tour le 24 février, a déploré lundi la mort d'un militant de son parti et l'agression de journalistes, prévenant que "la campagne électorale ne saurait être un prétexte pour que la violence s'installe dans le pays".

Il a appelé ses partisans à "ne pas céder à la provocation", invitant ses adversaires à faire de même, mais vu dans ces affrontements "le résultat de l'appel à la violence prônée par certains responsables politiques", qui "répondront de leurs actes devant les tribunaux".

Il visait notamment son prédécesseur (2000-2012) et adversaire politique, Abdoulaye Wade, qui a appelé la semaine dernière à empêcher la tenue de la présidentielle, conviant notamment ses partisans à "brûler les cartes d'électeur et les bulletins de vote".

Publié le 12/02/2019 04:48
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
La France, cette île perdue au milieu des océans ? Tout ce que révèle (aussi) ce dont Emmanuel Macron n’a PAS parlé
04.
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
05.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
06.
Emmanuel Macron : la conférence de presse dont on se souviendra parce qu’il... n’y avait rien de particulier à en retenir
07.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
Etudiante, Nathalie Loiseau s'est présentée sur une liste d'extrême droite