Bruxelles, 12 fév 2019 (AFP) - Paris, furieux de l'interdiction de l'union Siemens/Alstom par Bruxelles, a plaidé mardi pour l'instauration d'un droit d'appel permettant aux pays de l'UE de contester une décision de la Commission européenne en matière de concurrence.

Depuis le veto de Bruxelles mercredi dernier à la fusion de l'allemand Siemens et du français Alstom, les ministres de l'Economie des deux pays, Peter Altmaier et Bruno Le Maire, ont promis de faire prochainement des propositions pour réformer les règles européennes de la concurrence, jugées "obsolètes" et qui empêcheraient, selon eux, la création de géants industriels européens capables de tenir tête aux rivaux chinois et américains.

"Une première proposition que nous faisons (...), c'est de mettre en place un droit d'évocation qui permettrait au Conseil (représentant les 28 Etats membres de l'UE) de remettre en cause une décision de la Commission européenne en matière de concurrence", a déclaré M. Le Maire.

Cela permettrait "de dire: la Concurrence a estimé qu'il ne fallait pas mettre en place ce champion industriel mais nous, responsables politiques au Conseil, nous avons un avis différent et nous avons un droit d'évocation comme cela existe en France et dans d'autre pays en Europe", a-t-il ajouté, aux côtés de son homologue allemand, Olaf Scholz, avant une réunion des 28 à Bruxelles.

En France et en Allemagne existe ce "pouvoir d'évocation", un mécanisme permettant de contester une décision de l'Autorité nationale de la Concurrence.

Pour la première fois depuis la création en 2008 de ce droit en France, M. Le Maire en avait fait usage en juillet 2018 à la suite d'une décision de l'Autorité française de la concurrence sur la prise de contrôle par la société financière Cofigeo d'une partie du groupe Agriopole, propriétaire de William Saurin.

M. Le Maire avait réclamé que l'on valide cette prise de contrôle, mais sans cession d'actifs (contrairement à ce qu'avait demandé l'Autorité de la Concurrence).

Deuxième proposition faite mardi par le ministre français, échaudé par Siemens/Alstom, qu'il considère comme un marqueur de "l'aveuglement européen": la possibilité, pour faciliter le feu vert de la Commission à une fusion, de demander aux entreprises de proposer plus tard, si nécessaire, des concessions supplémentaires.

"S'il y a un problème, la décision (de Bruxelles, ndlr) pourra évoluer et on pourra demander au nouveau champion industriel d'apporter des solutions aux risques de concentrations (...) au lieu de bloquer la concentration au départ, l'émergence du champion industriel", a-t-il dit.

Enfin, troisième proposition: prendre comme marché de référence le monde et pas simplement le marché européen.

M. Le Maire doit se rendre mardi prochain à Berlin pour promouvoir avec ses homologues allemands une politique industrielle européenne plus forte. A cette occasion, Paris et Berlin vont lancer une initiative sur les batteries électriques de voitures, à laquelle M. Le Maire voudrait associer l'Espagne et la Pologne.

M. Scholz quant à lui, ne s'est pas exprimé sur le droit d'appel prôné par Le Maire. En revanche, il a souligné la nécessité pour l'Europe de créer des conditions qui permettraient aux petites entreprises innovantes (comme aux USA) de devenir des grands groupes européens.

clp/zap/jul

ALSTOM

SIEMENS

Publié le 12/02/2019 12:54
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
03.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
04.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
05.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
06.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
07.
Le mystère de la chambre (d’écho des Gilets) jaune(s)
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise