Milan, 12 fév 2019 (AFP) - L'analyse commandée par Rome sur la liaison ferroviaire Lyon-Turin juge que ce projet présente une "rentabilité très négative", avec des coûts supérieurs de 7 milliards d'euros à ses bénéfices d'ici à 2059.

Cette analyse de 79 pages, publiée mardi sur le site du ministère italien des Transports, a été transmis le 9 janvier au ministre italien des Transports, Danilo Toninelli, qui l'a fait traduire et l'a remis le 5 février à l'ambassadeur de France à Rome.

Le projet de liaison ferroviaire divise profondément la coalition populiste au pouvoir à Rome, qui a donc commandé une analyse coûts-bénéfices avant de se prononcer.

La Ligue (extrême droite) de Matteo Salvini, vice-Premier ministre, est très favorable à ce projet, tandis que le Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) de l'autre vice-Premier ministre, Luigi Di Maio, y est farouchement opposé.

Dans leur rapport, les experts estiment à 7,9 milliards d'euros les coûts d'investissement "à finir" et la gestion de l'infrastructure.

Ils considèrent par ailleurs que concernant le transport des marchandises l'impact sera négatif à hauteur de 463 millions d'euros, les bénéfices du passage de la route vers le train étant loin de compenser la baisse des recettes pour l'Etat liées à la moindre consommation de carburant, qui entraîne moins d'accises encaissées, et la réduction des entrées liées au péages autoroutiers.

En revanche, concernant le trafic passagers, l'analyse fait état d'un "bénéfice positif de 1,3 milliard", ce qui porte le solde négatif à 7 milliards.

Ce rapport doit être le "point de départ d'un dialogue entre les deux exécutifs",italien et français, avec l'organisation rapidement d'une "rencontre bilatérale", avait expliqué M. Toninelli.

Mais ce dossier risque surtout d'être un point de tension supplémentaire entre Rome et Paris, à couteaux tirés ces dernières semaines.

La France a rappelé jeudi son ambassadeur en Italie après une série de déclarations jugées "outrancières" de responsables italiens, une rare escalade entre deux pays de l'UE.

Publié le 12/02/2019 12:22
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe