Milan, 12 fév 2019 (AFP) - L'analyse commandée par Rome sur la liaison ferroviaire Lyon-Turin juge que ce projet présente une "rentabilité très négative", avec des coûts supérieurs de 7 milliards d'euros à ses bénéfices d'ici à 2059.

Cette analyse de 79 pages, publiée mardi sur le site du ministère italien des Transports, a été transmis le 9 janvier au ministre italien des Transports, Danilo Toninelli, qui l'a fait traduire et l'a remis le 5 février à l'ambassadeur de France à Rome.

Le projet de liaison ferroviaire divise profondément la coalition populiste au pouvoir à Rome, qui a donc commandé une analyse coûts-bénéfices avant de se prononcer.

La Ligue (extrême droite) de Matteo Salvini, vice-Premier ministre, est très favorable à ce projet, tandis que le Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) de l'autre vice-Premier ministre, Luigi Di Maio, y est farouchement opposé.

Dans leur rapport, les experts estiment à 7,9 milliards d'euros les coûts d'investissement "à finir" et la gestion de l'infrastructure.

Ils considèrent par ailleurs que concernant le transport des marchandises l'impact sera négatif à hauteur de 463 millions d'euros, les bénéfices du passage de la route vers le train étant loin de compenser la baisse des recettes pour l'Etat liées à la moindre consommation de carburant, qui entraîne moins d'accises encaissées, et la réduction des entrées liées au péages autoroutiers.

En revanche, concernant le trafic passagers, l'analyse fait état d'un "bénéfice positif de 1,3 milliard", ce qui porte le solde négatif à 7 milliards.

Ce rapport doit être le "point de départ d'un dialogue entre les deux exécutifs",italien et français, avec l'organisation rapidement d'une "rencontre bilatérale", avait expliqué M. Toninelli.

Mais ce dossier risque surtout d'être un point de tension supplémentaire entre Rome et Paris, à couteaux tirés ces dernières semaines.

La France a rappelé jeudi son ambassadeur en Italie après une série de déclarations jugées "outrancières" de responsables italiens, une rare escalade entre deux pays de l'UE.

Publié le 12/02/2019 12:22
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
La France, cette île perdue au milieu des océans ? Tout ce que révèle (aussi) ce dont Emmanuel Macron n’a PAS parlé
04.
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
05.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
06.
Emmanuel Macron : la conférence de presse dont on se souviendra parce qu’il... n’y avait rien de particulier à en retenir
07.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
Etudiante, Nathalie Loiseau s'est présentée sur une liste d'extrême droite