Marseille, 12 fév 2019 (AFP) - Le tribunal administratif de Marseille a annulé mardi le plan à un milliard d'euros du maire LR de Marseille Jean-Claude Gaudin, destiné à rénover une trentaine d'écoles primaires via un partenariat public-privé (PPP) et très critiqué depuis son adoption, en octobre 2017, selon une source judiciaire.

Les juges administratifs ont suivi les conclusions de la rapporteure publique Lison Rigaud et annulé la délibération du conseil municipal qui avait adopté ce plan. "Il est difficile de conclure que le recours au PPP présente un bilan plus favorable que le recours à une maîtrise d'ouvrage publique" classique, avait estimé la rapporteure lors de l'audience du 29 janvier.

"Cette victoire est historique. C'est la première fois que les Marseillais obtiennent une victoire aussi nette sur les décisions injustes de la ville", a réagi Benoît Payan, chef de file des socialistes au conseil municipal, demandant "solennellement au maire de Marseille de ne pas faire appel".

"Victoire pour les contribuables marseillais le rapport de @jcgaudin sur le PPP écoles annulé par le tribunal administratif de Marseille. D'urgence un audit sur les 444 écoles pour un grand plan de rénovation avec aide de l'État et de l'UE", a commenté sur Twitter le conseiller municipal communiste Jean-Marc Coppola.

"L'erreur aura été de se précipiter devant l'urgence réelle sans prendre le temps de l'audit. Pour l'avenir des écoliers et enseignants marseillais, il faut définir un plan rapide et financièrement efficace", a de son côté réagi la députée LREM de Marseille Alexandra Louis.

Régulièrement dénoncée pour le mauvais état de plusieurs de ses 444 écoles primaires, la ville de Marseille avait adopté ce plan massif de reconstruction avec l'objectif de démolir les 32 écoles de type Pailleron de la cité phocéenne, d'en reconstruire 28 et de bâtir six autres groupes scolaires en six ans.

L'avocat de la ville, Me Nicolas Charrel, avait dénoncé à l'audience, "un procès politique": "La ville ne fait pas rien, entre 8 et 15 groupes scolaires sont rénovés chaque année", avait-il plaidé, affirmant qu'il n'y avait "pas de plan B" face à un programme "qui permet de doubler voire tripler la capacité d'action de la ville en six ans".

Publié le 12/02/2019 10:44
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise