Londres, 12 fév 2019 (AFP) - La Première ministre Theresa May va exhorter mardi des députés britanniques impatients à "contrôler (leurs) nerfs", alors qu'elle peine à obtenir de Bruxelles de nouvelles concessions sur l'accord de Brexit, à moins de cinquante jours du divorce.

Theresa May doit s'adresser à la Chambre des communes en milieu de journée pour informer les députés de l'évolution des discussions entamées avec ses homologues européens pour tenter de modifier le traité de retrait, dont la version initiale a été rejetée par le Parlement en janvier.

"Les discussions sont dans une phase cruciale", doit affirmer la Première ministre, selon des extraits de son discours diffusés à l'avance par ses services. "Nous devons tous contrôler nos nerfs pour obtenir les changements que cette Chambre a demandés, et réaliser le Brexit à la date prévue", soit le 29 mars.

Theresa May tarde à obtenir des concessions sur les dispositions relatives au filet de sécurité irlandais ("backstop" en anglais), prévu pour éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande du Nord britannique et la République d'Irlande.

Il prévoit, en dernier recours, de maintenir le Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE, ainsi qu'un alignement règlementaire sur l'UE plus poussé pour l'Irlande du Nord.

Ce dispositif est rejeté par les Brexiters britanniques, qui estiment qu'il empêcherait le pays de rompre les liens avec l'UE, mais les dirigeants européens ont jusqu'ici refusé d'y envisager toute modification.

- "Plus de temps" -

"Ce dont a besoin la Première ministre, c'est d'un peu plus de temps", a concédé sur la BBC la ministre des Relations avec le Parlement, Andrea Leadsom, qualifiant les discussions actuelles de "cruciales mais délicates".

"Ce serait un résultat extraordinaire que l'UE demeure intransigeante et s'expose au résultat même qu'elle cherche à éviter, une frontière dure en Irlande du Nord, en poussant le Royaume-Uni vers une sortie sans accord", a-t-elle ajouté.

Pour sortir de l'impasse, les membres de l'exécutif britannique multiplient les discussions avec les responsables européens. Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, est à Paris mardi pour évoquer le sujet avec son homologue Jean-Yves Le Drian.

Dans le même temps, le ministre en charge du Brexit, Stephen Barclay, et David Lidington, le numéro 2 du gouvernement, se rendent à Strasbourg pour discuter avec des députés européens.

Stephen Barclay a rencontré lundi soir à Bruxelles le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, lors d'un dîner de travail, pour tenter de trouver une issue.

"Il est clair de notre côté que nous n'allons pas rouvrir l'accord de retrait, mais nous allons poursuivre nos discussions dans les jours à venir", a affirmé M. Barnier à l'issue de cette rencontre, évoquant des échanges "constructifs".

Publié le 12/02/2019 10:13
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
La France, cette île perdue au milieu des océans ? Tout ce que révèle (aussi) ce dont Emmanuel Macron n’a PAS parlé
04.
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
05.
Emmanuel Macron : la conférence de presse dont on se souviendra parce qu’il... n’y avait rien de particulier à en retenir
06.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
07.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
05.
Etudiante, Nathalie Loiseau s'est présentée sur une liste d'extrême droite
06.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?