Bagdad, 12 fév 2019 (AFP) - Le nouveau chef du Pentagone Patrick Shanahan a entamé mardi de délicats entretiens avec les dirigeants à Bagdad sur l'avenir de la présence militaire américaine dans le pays après le retrait de Syrie voisine.

Arrivé dans la matinée d'Afghanistan, le ministre de la Défense par intérim, dont c'est la première tournée à l'étranger depuis sa prise de fonctions début janvier, veut rassurer le gouvernement irakien.

La récente annonce par le président américain Donald Trump de sa volonté de "surveiller l'Iran" depuis l'Irak a provoqué une levée de boucliers dans le pays et redonné un nouveau souffle à la campagne des partisans d'un départ des soldats américains.

Les Etats-Unis ont mené en 2003 l'invasion de l'Irak qui a renversé Saddam Hussein. Au plus fort de l'insurrection qui a suivi, Washington a compté jusqu'à 170.000 soldats dans le pays.

Parties définitivement en 2011, les troupes américaines sont revenues en 2014 en Irak, cette fois-ci au sein de la Coalition contre le groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie.

Aujourd'hui, alors que Bagdad a déclaré la victoire sur l'EI il y a un an et alors que l'assaut "final" est en cours en Syrie, de nombreuses voix, surtout venue du camp pro-Iran, réclament le départ définitif des soldats américains.

Une proposition de loi a été déposée au Parlement afin d'imposer un calendrier de départ aux Américains.

Fait rare, elle pourrait faire l'unanimité parmi les deux principales forces de l'assemblée: la liste emmenée par le leader chiite Moqtada Sadr qui se veut le champion de l'indépendance de l'Irak, et le bloc pro-Iran des anciens combattants anti-EI.

Lundi, lors d'une conférence de presse commune, elles ont réclamé "un nouvel accord" pour encadrer la présence des troupes étrangères en Irak, en premier lieu des troupes américaines.

Publié le 12/02/2019 08:40
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
La France, cette île perdue au milieu des océans ? Tout ce que révèle (aussi) ce dont Emmanuel Macron n’a PAS parlé
04.
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
05.
Emmanuel Macron : la conférence de presse dont on se souviendra parce qu’il... n’y avait rien de particulier à en retenir
06.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
07.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
04.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
05.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?