Paris, 11 fév 2019 (AFP) - L'homme interpellé samedi en marge de l'acte 13 de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris après l'incendie d'un véhicule de la mission antiterroriste Sentinelle va être présenté mardi à un juge d'instruction en vue d'une éventuelle mise en examen, a annoncé lundi le parquet.

Originaire de la région bordelaise, cet homme connu des services de renseignement et fiché S (Sûreté de l'Etat) pour appartenance à la mouvance de la gauche radicale, avait été interpellé samedi après quatre heures de filature dans la capitale, selon des sources policières. Lors de son arrestation, il avait donné une fausse identité aux policiers.

Les enquêteurs le soupçonnent également d'être impliqué dans l'incendie d'une Porsche, celle du chef-cuisinier Christian Etchebest, selon le Parisien, et dans des violences visant un fourgon de l'administration pénitentiaire, non loin des Champs-Elysées, l'un des épicentres habituels de la mobilisation des "gilets jaunes".

Selon le ministère de la Justice, samedi vers 17H30, ce fourgon ramenait un détenu qui avait fait l'objet d'une extraction médicale en direction de la maison d'arrêt de Nanterre quand il a été "pris à partie dans les rues de Paris par des manifestants +gilets jaunes+".

"Un pavé a brisé la vitre arrière latérale droite, passant à quelques centimètres d'un surveillant. Plus grave encore, le chauffeur a dû effectuer une accélération d'urgence pour éviter un cocktail Molotov qu'un manifestant s'apprêtait semble-t-il à projeter en direction de la vitre explosée", a rapporté le ministère dans un communiqué.

L'enquête ouverte samedi vise également d'autres faits de dégradations de véhicules ainsi que des violences à l'encontre des forces de l'ordre, a précisé le parquet de Paris qui doit ouvrir mardi une information judiciaire confiée à un juge d'instruction.

Samedi, 51.400 personnes selon le ministère de l'Intérieur, 118.222 selon le "nombre jaune", décompte réalisé par le mouvement, ont manifesté à travers la France pour l'acte 13.

Dans la capitale, des incidents ont éclaté à l'arrivée du cortège devant l'Assemblée nationale, où un manifestant âgé d'une trentaine d'années a eu une main arrachée.

Sur le parcours de la manifestation, du mobilier urbain et des distributeurs de banques ont été vandalisés et une dizaine de véhicules incendiés, principalement des voitures de luxe.

Au total, 45 personnes ont été interpellées à Paris en marge des manifestations et 42 placées en garde à vue, selon les autorités.

nal-edy-kap-grd/cam

Publié le 11/02/2019 11:10
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
03.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
04.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
05.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
06.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
07.
Le mystère de la chambre (d’écho des Gilets) jaune(s)
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise