Luanda, 11 fév 2019 (AFP) - La police angolaise a arrêté ces deux dernières semaines plus de 70 militants issus d'un mouvement indépendantiste du Cabinda, une enclave angolaise riche en pétrole située entre les deux Congos, a-t-on appris lundi auprès d'un de leurs avocats.

Cette opération a visé le nouveau Mouvement indépendantiste du Cabinda (MIC), créé l'an dernier, dont ses deux principaux responsables, a précisé à l'AFP l'avocat Arao Bula Tempo. "Ils sont tous accusés de crimes d'association de malfaiteurs et de rébellion et ont été présentés à un juge".

Selon le porte-parole du MIC, cette opération de police a été déclenchée à la veille d'une manifestation qui devait commémorer, le 1er février, le traité reconnaissant l'autonomie du Cabinda conclu il y a 134 ans.

"La police a voulu dissuader les gens de participer à la marche", a expliqué Sebastiao Macaia Bungo, qui a dénoncé "un climat de chasse à l'homme".

Défenseur des droits humains, Me Bula Tempo a affirmé être la "cible de menaces et de persécutions". "Rien n'a changé, au contraire" depuis l'arrivée au pouvoir en 2017 du président Joao Lourenço, a-t-il regretté.

"Il n'y a pas de chasse à l'homme au Cabinda", a rétorqué à l'AFP le gouverneur du Cabinda, Eugenio Laborino. "Je sais qu'il y a des personnes détenues, mais leur dossier est entre les mains de la justice".

Le Cabinda produit 60% du pétrole de l'Angola, deuxième producteur d'or noir d'Afrique subsaharienne après le Nigeria.

La majorité des 400.000 Cabindais vivent dans la pauvreté. Les ONG y dénoncent fréquemment des cas de torture et de violations des droits humains.

Cette enclave est le théâtre régulier de troubles séparatistes depuis son annexion par l'Angola après l'indépendance de cette ancienne colonie portugaise en 1975. Le Front de libération de l'enclave de Cabinda (Flec) y lutte depuis quarante ans, malgré un accord de paix signé en 2006 avec l'une de ses branches.

En 2010, ses partisans avaient mitraillé un bus de l'équipe de football du Togo lors de la Coupe d'Afrique des nations (CAN). L'attaque avait fait 2 morts.

Publié le 11/02/2019 05:30
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
03.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
04.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
05.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
06.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
07.
Le mystère de la chambre (d’écho des Gilets) jaune(s)
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe