Paris, 11 fév 2019 (AFP) - Le remboursement par la Sécurité sociale des tests prédictifs du risque de récidive d'un cancer du sein détecté au stade précoce, destinés à distinguer les femmes qui ont besoin ou non d'une chimiothérapie après l'opération de la tumeur, est "prématuré", selon la Haute autorité de Santé (HAS).

Cependant, dans un rapport rendu public lundi motivant cet "avis défavorable" au remboursement, la HAS recommande de prolonger "sous condition" le financement de soutien à l'innovation, qui permet actuellement leur prise en charge.

Elle "reconnaît l'intérêt potentiel de ces tests comme outil d'aide à la décision thérapeutique", mais "juge indispensable de poursuivre la recherche clinique".

Elle réclame donc une étude comparative des quatre tests disponibles et que cette étude clinique concerne "la population cible de patientes les plus à même d'en bénéficier, soit 2.000 à 4.000 femmes par an selon le chiffrage qu'on a pu faire", a indiqué à l'AFP Cédric Carbonneil, chef de service des actes professionnels à la HAS.

La HAS "pourra revoir son avis sur le remboursement lorsqu'elle disposera de ces données".

Les tests en question surnommés "signatures génomiques" - Mammaprint, Oncotype Dx, Prosigna et Endopredict - évaluent le risque d'après un groupe de gènes impliqués dans le développement de la tumeur à partir d'un prélèvement de celle-ci. Environ 4.500 tests ont été réalisés en 2017 dans le cadre des actes innovants.

Le cancer du sein, avec 55.000 nouveaux cas par an, est le cancer le plus fréquent chez les femmes, rappelle la HAS.

Les traitements sont adaptés aux multiples formes de la maladie (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie, hormonothérapie). Son stade, avancé (métastases) ou non, et les caractéristiques de la tumeur (par exemple sensible au traitement hormonal) sont pris en compte.

Dans la "très grande majorité des situations", les équipes soignantes disposent d'éléments suffisants pour décider de mettre en place ou pas une chimiothérapie adjuvante après l'opération, sans avoir recours à ce genre de test, juge la HAS.

La HAS définit précisément la population des femmes (tumeur de 1 à 5 cm, sensible à l'hormonothérapie, sans ganglion envahi ou avec un micro-envahissement...) pour lesquelles ces tests génétiques seraient utiles. Ce qui équivaut à "5% à 10% des quelque 40.000 cancers infiltrants localisés", relève M. Carbonneil.

D'après différentes études, pour une femme sur cinq, voire une sur quatre, la décision de faire une chimiothérapie adjuvante diffère selon le test utilisé, note la HAS parmi ses critiques.

"Près de 10.000 femmes en France ont bénéficié de ces tests ces trois dernières années", selon le professeur Pascal Pujol président de la Société française de médecine prédictive et personnalisée (SFMPP) qui exprime son désaccord avec la position de la HAS.

Cette société savante contrairement aux experts de la HAS, estime que les études internationales récentes apportent un niveau de preuves suffisant justifiant le remboursement. Néanmoins, "la SFMPP se félicite que la HAS laisse l'accès des femmes à ces tests en préconisant de prolonger leur financement dans le cadre de l'innovation", ajoute-t-il.

"On fait trop de chimiothérapie en France" lance le professeur Roman Rouzier de l'Institut Curie à l'origine de la demande qui a permis d'obtenir le financement dérogatoire de ces tests qui servent à la "désescalade".

"Éviter les thérapies inutiles, c'est évidemment un bénéfice majeur". "Tant mieux" si le financement des tests est conservé, ajoute ce spécialiste, de toute façon, partisan du contrôle de leur usage à bon escient.

Publié le 11/02/2019 05:19
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
03.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
04.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
05.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
06.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
07.
Le mystère de la chambre (d’écho des Gilets) jaune(s)
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe