Paris, 11 fév 2019 (AFP) - "Il faut sauver le droit d'asile" a estimé lundi l'ancien directeur général de l'Ofpra, Pascal Brice, en déplorant la "complète faillite" de l'actuel règlement européen de Dublin qui régit l'accueil des demandeurs.

"On est aujourd'hui dans une situation en France, mais aussi en Europe, aux États-Unis, dans de nombreuses parties du monde occidental (...) où il faut sauver le droit d'asile" , a affirmé l'ancien patron de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) lors d'une rencontre organisée par l'Institut Montaigne et Terra Nova.

"Un problème de fond est que, pendant des décennies, on a eu en Europe des politiques de migration restrictives". Dans ce contexte "l'asile est un problème", et "quand vous êtes payé pour défendre l'asile vous devenez un problème", a ajouté M. Brice, qui revient sur ses six années à la tête de l'Ofpra dans un livre "Sur le fil de l'asile" à paraître mercredi.

Pascal Brice est arrivé au terme de son mandat le 28 décembre et personne n'a encore été nommé pour le remplacer, suscitant l'inquiétude de plusieurs ONG et de certains parlementaires membres du conseil d'administration.

Pour M. Brice, "la principale menace aujourd'hui est l'externalisation" des demandeurs d'asile vers des pays tiers, de l'autre côté de la Méditerranée notamment. Cette inquiétude est apparue avec l'accord controversé UE/Turquie de 2016 permettant le renvoi de réfugiés.

L'ancien patron de l'Ofpra a aussi déploré la "complète faillite du système de Dublin", qui confie le traitement de la demande d'asile au pays d'entrée en Europe, mais génère des "effets terribles", en imposant un délai de six, voire 18 mois pour redéposer une demande dans un autre pays.

"Dublin provoque du désordre. Laisser des gens dans les rues de Paris ou Nantes c'est du désordre" et "vous êtes sûr que vous provoquez la montée de certains mouvements politiques", a-t-il ajouté, en jugeant "incroyable de voir que tant de technocrates pensent encore que nous devons poursuivre sur cette voie" en Europe.

La réforme du système européen d'asile est dans l'impasse depuis plus de deux ans à Bruxelles.

Il a aussi regretté une "logique de la dissuasion" prévalant selon lui, dans certains pays comme l'Allemagne ou la France, avec "l'idée que plus les conditions seront dures pour les demandeurs d'asile, moins ils viendront".

Plaidant pour une "reconnaissance mutuelle entre les agences" nationales et pour leur "indépendance", il a mis en garde contre les risques "d'approche politique de l'asile" et de "dumping" entre pays.

Cette indépendance est au coeur des inquiétudes des ONG et d'une partie du personnel de l'établissement, qui a lancé une pétition fin janvier pour dire sa crainte que "la mainmise du ministère de l'Intérieur" se renforce si le choix se fait "uniquement" parmi les personnalités présentées par Beauvau.

Le chef de l'Etat doit trancher, sur proposition des ministères des Affaires étrangères et de l'Intérieur.

M. Brice a enfin défendu l'idée d'une "législation humanitaire complémentaire pour les gens qui ne correspondent pas à l'asile, mais sont en situation de détresse humanitaire, y compris les déplacements liés au changement climatique".

Publié le 11/02/2019 04:56
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
La France, cette île perdue au milieu des océans ? Tout ce que révèle (aussi) ce dont Emmanuel Macron n’a PAS parlé
04.
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
05.
Emmanuel Macron : la conférence de presse dont on se souviendra parce qu’il... n’y avait rien de particulier à en retenir
06.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
07.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
04.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
05.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?