Strasbourg, 24 jan 2019 (AFP) - La cour européenne des droits de l'homme (CEDH), saisie par l'Américaine Amanda Knox, au coeur d'une retentissante affaire de meurtre en 2007, a condamné jeudi l'Italie pour diverses violations de ses droits qui avaient entraîné sa condamnation pour dénonciation calomnieuse.

Selon la jeune femme, les "violences" et "menaces" qu'elle a subies de la part des policiers lors d'un interrogatoire l'avait conduite à accuser à tort un protagoniste de l'affaire.

Lors de l'interrogatoire "qui s'est déroulé le 6 novembre 2007, Mme Knox avait accusé le gérant d'un pub d'avoir tué sa colocataire" alors que "ce dernier fut innocenté par la suite, et Mme Knox fut condamnée à trois ans de réclusion pour dénonciation calomnieuse", rappelle la CEDH.

La cour pointe l'absence d'enquête par les autorités italiennes sur les "traitements dégradants" dont Amanda Knox s'est dite victime, mais aussi l'absence d'un avocat lors de son audition et la présence d'une "employée du commissariat" faisant office d'interprète.

Celle-ci, ont relevé les juges européens, "s'était attribuée un rôle de médiatrice" et "avait acquis une attitude maternelle envers Mme Knox pendant que cette dernière formulait sa version des faits" ce qui, selon eux, avait "compromis l'équité de la procédure dans son ensemble".

Dans la nuit du 1er au 2 novembre 2007, Meredith Kercher, étudiante britannique de 21 ans, avait été retrouvée violée et poignardée de 47 coups de couteau dans l'appartement qu'elle partageait avec Amanda Knox, une étudiante américaine, à Pérouse, dans le centre de l'Italie.

Le 6 novembre, la police avait arrêté Amanda Knox, son petit ami italien Raffaele Sollecito et Diya Lumumba, le propriétaire congolais du bar dans lequel elle travaillait.

Cette affaire aux multiples rebondissement avait ensuite tenu en haleine les médias anglo-saxons et inspiré, livres, documentaires ou téléfilm.

Au terme de l'interrogatoire du 6 novembre, Amanda Knox avait accusé Diya Lumumba d'être l'auteur du meurtre. Mais il avait rapidement été mis totalement hors de cause.

En première instance, l'Américaine et Raffaele Sollecito, qui clamaient leur innocence, avait été condamnés en 2009 à 26 et 25 ans de réclusion pour ce meurtre.

La justice estimait que les deux jeunes amants avaient donné à Meredith Kercher le coup fatal, tandis qu'un Ivoirien, Rudy Guédé, lui tenait les bras parce qu'elle refusait de participer à un jeu sexuel.

Rudy Guédé a été condamné à 16 ans de prison dans un procès distinct.

Mais en octobre 2011, la cour d'appel de Pérouse avait relaxé Amanda Knox et Raffaele Sollecito, l'Américaine regagnant alors immédiatement son pays.

Un nouveau rebondissement est survenu en 2013, quand la Cour de cassation italienne a annulé l'acquittement de Knox et de Sollecito.

En janvier 2014, ils ont été condamnés respectivement à 28 ans et six mois et 25 ans de prison avant d'être mis définitivement hors de cause en mars 2015 par la Cour de cassation, après huit ans de procédure.

Publié le 24/01/2019 12:02
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise