Jakarta, 24 jan 2019 (AFP) - L'ex-gouverneur chrétien de Jakarta a été libéré jeudi après avoir passé près de deux ans en prison pour blasphème dans une affaire vue comme emblématique de la montée de l'intolérance religieuse en Indonésie.

Basuki Tjahaja Purnama, surnommé "Ahok", est sorti de la prison de Mako Brimob, au sud de Jakarta, vers 7H30 locales (0H30 GMT), a indiqué son assistante, Ima Mahdiah à l'AFP.

"Il a été accueilli par son fils Nicholas Sean Purnama", a précisé l'assistante. Et "il va d'abord passer du temps avec sa famille et se reposer", a-t-elle ajouté.

Cet homme politique était le premier gouverneur non musulman en Indonésie depuis plus de 50 ans, et le premier issu de la minorité chinoise.

Ses supporters se sont rassemblés autour de la prison pour chanter et célébrer sa libération.

"J'espère qu'il va continuer à travailler, que ce soit en politique ou hors de la politique, pour continuer à promouvoir la transparence et le professionnalisme", a souligné l'un d'entre eux, Advent Setiawan à l'AFP.

Ahok avait su se rendre populaire avec des mesures pour améliorer la circulation dans la capitale indonésienne aux embouteillages monstres et grâce à son franc-parler sur la corruption et à volontarisme.

Mais son attitude directe est aussi ce qui a précipité sa chute: en septembre 2016, il a déclaré devant un groupe de pêcheurs que l'interprétation par certains oulémas (théologiens musulmans) d'un verset du Coran -selon lequel un musulman ne doit élire qu'un dirigeant musulman- était erronée.

Ces propos filmés sont vite devenus viraux et ses adversaires ainsi que les groupes musulmans les plus conservateurs du pays ont lancé une vague de contestation avec des manifestations rassemblant des milliers de militants.

Il a été jugé pour blasphème et a été condamné à deux ans de prison. Une sentence perçue comme particulièrement lourde alors que le parquet avait requis une peine avec sursis.

Sa popularité s'est effondrée. Et il a ensuite perdu son poste de gouverneur en avril 2017 à la suite d'une élection remporté par un adversaire musulman.

La condamnation de l'ex-gouverneur avait déclenché les protestations des défenseurs des droits de l'homme qui ont appelé l'Indonésie à abolir sa loi sur le blasphème.

"La condamnation inique d'Ahok rappelle que les minorités en Indonésie sont en danger tant que cette législation abusive sur le blasphème restera en place", a souligné jeudi Elaine Pearson, une responsable de l'ONG Human Rights Watch.

Selon la législation indonésienne contre le blasphème, ceux qui sont reconnus coupables "d'avoir exprimé des sentiments d'hostilité" contre la religion peuvent être condamnés à une peine allant jusqu'à cinq ans de prison.

Elle s'applique en principe pour les six religions reconnues officiellement par la constitution indonésienne: l'islam, le protestantisme, le catholicisme, l'hindouisme, le bouddhisme et le confucianisme. Mais la plupart des poursuites enregistrées concernent des personnes ayant blasphémé l'islam, religion de 90% de la population indonésienne.

L'an dernier, une Indonésienne d'origine chinoise et de confession bouddhiste a été condamnée pour blasphème à 18 mois de prison après s'être plainte du bruit de la mosquée de son quartier au moment de l'appel à la prière.

Publié le 24/01/2019 11:43
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
03.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
04.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
07.
Psychologie de la Saint Valentin : attention au danger psychologique d’un abus de romantisme
01.
La future mariée impose ses invités
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise