Édimbourg, 24 jan 2019 (AFP) - L'ex-chef du gouvernement écossais Alex Salmond a été arrêté et mis en examen jeudi pour harcèlement sexuel, a-t-on appris auprès de la police écossaise.

"Nous pouvons confirmer qu'un homme de 64 ans a été arrêté et mis en examen", a déclaré à l'AFP une porte-parole de Police Scotland, interrogée sur l'arrestation d'Alex Salmond, qui a dirigé jusqu'en 2014 le parti indépendantiste écossais (SNP) au pouvoir en Ecosse.

Il doit comparaître devant un tribunal d'Edimbourg en début d'après-midi.

Les faits reprochés à cet ancien leader nationaliste, qui a conduit l'Ecosse au seuil de l'indépendance en 2014, auraient eu lieu en 2013, durant son mandat de chef de gouvernement (2007-2014).

Selon les médias écossais, deux membres de son équipe ont dénoncé des faits d'agressions sexuelles qui auraient notamment eu lieu dans la résidence officielle des Premiers ministres écossais.

Alex Salmond a vigoureusement démenti ces accusations. Au mois d'août, il avait annoncé quitter le SNP afin de ne pas porter préjudice à sa formation.

Nicola Sturgeon, qui lui a succédé à la tête du gouvernement écossais et du SNP, avait exprimé son "énorme tristesse" de voir partir son "ami et mentor pendant trois décennies", tout en disant comprendre sa décision.

Quelques semaines après la victoire du "non" au référendum sur l'indépendance de l'Ecosse dont il a été le principal instigateur, Alex Salmond avait choisi, en novembre 2014, de démissionner de son poste de Premier ministre écossais.

Cet ancien fonctionnaire et économiste de la Bank of Scotland a vu son destin basculer quand il a pris les rênes du Scottish National Party (SNP) en 1990, formation très hétérogène qu'il a contribué à recentrer.

Après avoir claqué la porte du parti nationaliste en 2000, il revient à sa tête et est élu "First Minister" (Premier ministre) d'Ecosse en 2007.

En 2011, sous sa houlette, le SNP rafle la majorité absolue au parlement écossais d'Holyrood. L'indépendance est sur orbite, pense-t-il à ce moment-là.

Il a aussi siégé au parlement national de Westminster de 1987 à 2010.

Publié le 24/01/2019 11:28
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
La France, cette île perdue au milieu des océans ? Tout ce que révèle (aussi) ce dont Emmanuel Macron n’a PAS parlé
04.
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
05.
Emmanuel Macron : la conférence de presse dont on se souviendra parce qu’il... n’y avait rien de particulier à en retenir
06.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
07.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
Etudiante, Nathalie Loiseau s'est présentée sur une liste d'extrême droite