Édimbourg, 24 jan 2019 (AFP) - L'ex-chef du gouvernement écossais Alex Salmond a été arrêté et mis en examen jeudi pour harcèlement sexuel, a-t-on appris auprès de la police écossaise.

"Nous pouvons confirmer qu'un homme de 64 ans a été arrêté et mis en examen", a déclaré à l'AFP une porte-parole de Police Scotland, interrogée sur l'arrestation d'Alex Salmond, qui a dirigé jusqu'en 2014 le parti indépendantiste écossais (SNP) au pouvoir en Ecosse.

Il doit comparaître devant un tribunal d'Edimbourg en début d'après-midi.

Les faits reprochés à cet ancien leader nationaliste, qui a conduit l'Ecosse au seuil de l'indépendance en 2014, auraient eu lieu en 2013, durant son mandat de chef de gouvernement (2007-2014).

Selon les médias écossais, deux membres de son équipe ont dénoncé des faits d'agressions sexuelles qui auraient notamment eu lieu dans la résidence officielle des Premiers ministres écossais.

Alex Salmond a vigoureusement démenti ces accusations. Au mois d'août, il avait annoncé quitter le SNP afin de ne pas porter préjudice à sa formation.

Nicola Sturgeon, qui lui a succédé à la tête du gouvernement écossais et du SNP, avait exprimé son "énorme tristesse" de voir partir son "ami et mentor pendant trois décennies", tout en disant comprendre sa décision.

Quelques semaines après la victoire du "non" au référendum sur l'indépendance de l'Ecosse dont il a été le principal instigateur, Alex Salmond avait choisi, en novembre 2014, de démissionner de son poste de Premier ministre écossais.

Cet ancien fonctionnaire et économiste de la Bank of Scotland a vu son destin basculer quand il a pris les rênes du Scottish National Party (SNP) en 1990, formation très hétérogène qu'il a contribué à recentrer.

Après avoir claqué la porte du parti nationaliste en 2000, il revient à sa tête et est élu "First Minister" (Premier ministre) d'Ecosse en 2007.

En 2011, sous sa houlette, le SNP rafle la majorité absolue au parlement écossais d'Holyrood. L'indépendance est sur orbite, pense-t-il à ce moment-là.

Il a aussi siégé au parlement national de Westminster de 1987 à 2010.

Publié le 24/01/2019 11:28
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe