New York, 23 jan 2019 (AFP) - Les fils du narcotrafiquant Joaquin Guzman, alias "El Chapo", ont tué le journaliste mexicain Javier Valdez, un spécialiste des affaires de drogue assassiné en mai 2017 au Mexique, a affirmé mercredi un ancien collaborateur d'El Chapo, actuellement en procès à New York.

Javier Valdez, un pigiste de l'AFP, "a désobéi aux ordres menaçants des fils" d'El Chapo et "c'est pour cela qu'ils l'ont tué", a indiqué à la barre Damaso Lopez Nunez, ancien patron de prison passé ensuite au service d'El Chapo et surnommé "Licenciado" (le diplômé).

Le journaliste, âgé alors de 50 ans, a désobéi en publiant précisément un entretien avec "Licenciado", a témoigné ce dernier.

Le témoin a raconté aux jurés la genèse de cet entretien: voulant revenir sur des informations "complètement fausses" publiées par un autre journaliste mexicain, qui mentionnait le "Licenciado" comme l'un des responsables d'une opération contre les fils d'El Chapo, il avait décidé d'accorder une interview téléphonique à Javier Valdez. Ce dernier enquêtait alors sur la guerre de succession au sein du cartel de Sinaloa, après l'arrestation d'El Chapo en janvier 2016.

Les fils d'El Chapo, Ivan Archivaldo et Alfredo Guzman, entendirent parler de l'entretien, et "obligèrent Valdez à ne pas le publier".

"Mais lui a suivi son éthique et l'a publié quand même", dans son hebdomadaire Riodoce, a ajouté le témoin.

L'interview dressait un portrait peu flatteur des fils d'El Chapo. Elle avait été mal accueillie aussi bien par eux que par les partisans d'"El Licenciado", selon Ismael Bojorquez, cofondateur de Riodoce avec Valdez.

Damaso Lopez, arrêté le 2 mai 2017 par les autorités mexicaines, soit peu avant la mort de Valdez le 15 mai, a nié lors du contre-interrogatoire de la défense avoir commandité le meurtre de Valdez, après la publication d'un article très critique sur son fils, surnommé "Mini Lic".

Selon l'avocat de la défense Eduardo Balarezo, l'article présentait "Mini Lic" comme "un bon à rien, un narcotrafiquant pathétique".

"Mon fils et moi-même sommes innocents de cet assassinat", a assuré le "Licenciado", qui a été condamné à la perpétuité aux Etats-Unis mais espère encore réduire sa peine en témoignant pour l'accusation.

Le témoin a aussi estimé possible qu'El Chapo lui-même n'ait pas su ce que faisaient ses fils.

Le "Licenciado" a indiqué que son propre fils s'était rendu aux autorités américaines en juillet 2017, à la frontière, car les fils d'El Chapo voulaient l'assassiner.

L'assassinat de Javier Valdez avait choqué le Mexique, un des pays les plus dangereux pour les journalistes avec plus de 100 d'entre eux assassinés depuis l'an 2000, des crimes restés impunis pour la plupart.

Valdez, avec le journal Riodoce, était l'un des rares à dénoncer les agissements du crime organisé, surtout dans la région de Sinaloa, dans le nord-ouest du Mexique, dont est originaire El Chapo.

Publié le 24/01/2019 12:04
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
14 tonnes d’aide humanitaire française pour le Venezuela confisquées à Caracas par la Garde nationale
03.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
04.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
05.
Ces inquiétants progrès de l’idéologie décoloniale en France
06.
+ 4,2% des prix de la grande distribution en raison de la loi Alimentation ? Comment les autorités démontrent leur impuissance à soutenir les agriculteurs
07.
Une mystérieuse créature sème la panique dans un parc chinois
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
05.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise