Paris, 23 jan 2019 (AFP) - Bercy a évoqué mercredi soir un "désengagement" en cours des actionnaires chinois de l'aéroport de Toulouse, sur fond d'inquiétude des collectivités locales, quatre ans après une opération de privatisation controversée.

"L'Etat n'est pas partie prenante à cette opération en cours de désengagement des actionnaires de Casil. Donc cette transaction ne concerne pas les 10% de l'Etat", a indiqué à l'AFP le ministère de l'Economie, à la suite d'informations de presse faisant état de la volonté des actionnaires chinois de vendre leur part.

En avril 2015, l'État avait vendu 49,99% du capital de la société de gestion de l'aéroport de Toulouse à Casil Europe, holding française créée par le groupe d'État chinois Shandong High Speed Group et le fonds d'investissement hongkongais Friedmann Pacific Asset Management.

Début 2018, l'État a décidé de conserver les 10,01% du capital qu'il possédait encore et sur lesquels Casil avait une option.

Les autres actionnaires, à hauteur de 40%, sont la Région, le département, la métropole de Toulouse et la Chambre de commerce et d'industrie (CCI).

Plus tôt mercredi, le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, avait une nouvelle fois appelé mercredi au maintien d'une "majorité publique" au sein du capital de l'aéroport.

"S'il s'avérait que Casil vendait prochainement ses actions, ce serait de sa part une très mauvaise manière, légale mais fort désinvolte, envers nous, les actionnaires locaux minoritaires", a-t-il indiqué à l'AFP.

"Car lors des réunions de conseils du mois dernier, jamais Casil n'a évoqué pareille hypothèse", a assuré le maire LR.

"Dans l'immédiat, le plus important à mes yeux est de maintenir une majorité publique (Etat et les quatre actionnaires locaux) au sein de la société d'exploitation de l'aéroport", selon M. Moudenc.

"Tous les quatre (CCI, Métropole, Région, Département), nous sommes fermes sur ce point majeur et le redisons solennellement au gouvernement. L'Etat ne doit donc pas vendre les parts qu'il détient encore et qui assurent cette majorité", a-t-il conclu.

Un différend avait opposé en 2017 les actionnaires publics locaux à Casil Europe, les premiers reprochant au groupe Casil sa volonté de "maximiser le versement de dividendes".

Dans un rapport, la Cour des comptes avait critiqué en novembre "un acquéreur dont le profil soulève des inquiétudes" quant à "son manque d'expérience en matière de gestion aéroportuaire", "son manque de transparence financière" et ses "liens avec la puissance publique chinoise".

La "privatisation demeure donc inaboutie" selon le rapport qui soulignait "la situation, ambiguë et instable d'une entreprise dont le capital est majoritairement public, mais dont le contrôle appartient à l'actionnaire privé par l'effet du pacte d'actionnaires qu'il a conclu avec l'État".

Publié le 23/01/2019 11:30
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés
05.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
06.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
07.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron