Bucarest, 17 jan 2019 (AFP) - La plupart des mineurs grévistes du sud de la Roumanie ont accepté jeudi de reprendre le travail après avoir obtenu des hausses salariales, alors que le pays redoutait des difficultés d'approvisionnement en électricité après l'arrêt de l'une des principales usines thermiques.

"Les mineurs de sept mines (sur un total de dix en grève, ndlr) ont commencé à retourner au travail", a annoncé le ministère de l'Energie, à l'issue de négociations avec les grévistes.

Au total 7.000 mineurs du combinat CEO Oltenia (sud) avaient déclenché une grève sauvage le 11 janvier pour exiger des hausses de salaires et de meilleures conditions de travail.

Ce mouvement avait notamment entraîné l'arrêt jeudi de l'une des trois unités de la centrale thermique de Rovinari, en manque de charbon. Les deux autres unités risquaient à leur tour d'être mises à l'arrêt si la grève se poursuivait.

Selon le ministère, la direction a notamment offert aux grévistes une hausse de 585 lei net (soit 137 euros) par mois et une prime annuelle de vacances d'environ 300 euros, alors que leur salaire moyen net s'élève actuellement à 500 euros.

"Une partie des mineurs sont déçus car ils avaient demandé une hausse de 220 euros net par mois", a indiqué à l'AFP un responsable syndical, Nicu Bunoaica, précisant que les employés de chacune des dix mines à ciel ouvert allaient analyser cette offre avant de prendre une décision quant à la reprise ou non du travail.

Evoquant une "situation particulièrement grave", la Première ministre sociale-démocrate Viorica Dancila avait dépêché sur place le ministre de l'Energie, qui a évoqué le risque d'une fermeture du combinat, déjà très déficitaire.

"Si l'activité ne reprend pas aujourd'hui (jeudi, ndlr), j'aurais du mal à dire quel sera l'avenir du combinat", avait lancé le ministre Anton Anton.

Pour pallier le risque de pénurie d'électricité, Bucarest avait été contraint ces derniers jours d'augmenter les importations, à des prix nettement supérieurs à ceux de la production locale.

Le CEO Oltenia, qui fournit jusqu'à 30% de la consommation d'électricité du pays, a enregistré des pertes d'environ un milliard de lei (220 millions d'euros) en 2018, alors que l'extraction de charbon devient de moins en moins rentable.

La Roumanie s'est engagée auprès de l'Union européenne à fermer graduellement ses mines de charbon et à se tourner vers des sources d'énergie non polluantes. Mais Bucarest a demandé à Bruxelles l'autorisation de maintenir en activité plusieurs d'entre elles afin notamment de limiter les suppressions d'emplois.

Publié le 17/01/2019 07:17
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Quand Bret Easton Ellis atomise la “Génération Chochotte”
04.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
05.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron