Mérignac, 14 jan 2019 (AFP) - La ministre des Armées, Florence Parly, a officiellement lancé lundi à Mérignac (Gironde) le nouveau standard F4 du Rafale, un programme de près de deux milliards d'euros présenté comme un "saut technologique, industriel et stratégique" au profit des forces aériennes françaises.

Cette nouvelle version de l'avion de chasse assemblé par Dassault propose un appareil "d'une qualité jamais encore égalée", une "garantie pour notre souveraineté"", mieux connecté et avec des capacités d'action renforcées car il "pourra porter les nouveaux missiles A2SM 1000 kg", a affirmé Mme Parly qui visitait des installations de Dassault Aviation, près de l'aéroport de Bordeaux.

La "détection et la lutte contre les menaces seront améliorées", a encore souligné la ministre, avec un radar à antenne active amélioré comme le sera le système électronique SPECTRA et ses capacités de brouillage.

"Ce standard, c'est 2 milliards d'euros, pour être précis 1,9 milliard d'euros, pour notre industrie de défense et notre innovation", a-t-elle dit lors d'un discours devant environ un millier de salariés de Dassault. "Ce sont Safran, Thalès, MBDA et Dassault, ces quatre grands groupes, mais aussi des centaines de PME, de start-up, de sous-traitants qui auront de l'activité et des commandes grâce à ce projet".

"Au total, ce sont 2.500 à 5.000 emplois directs et indirects qui vivront grâce au standard F4", a-t-elle souligné.

Devant des journalistes, la ministre a ensuite expliqué que cette évolution allait "permettre de renforcer la compétitivité du Rafale (...) avec l'espoir de gagner de nouveau contrats".

"De nouveaux appels d'offres vont être lancés dans les prochains mois en Suisse, en Finlande et je suis certaine que le Rafale répondra présent dans cette compétition et que la standard F4 constituera un atout supplémentaire", a-t-elle jugé. A ce jour, Dassault a reçu des commandes de trois pays pour son Rafale: l'Egypte, l'Inde et le Qatar.

L'enveloppe du standard précédent du Rafale, le F3R, était de l'ordre du milliard d'euros.

Le modèle F4, fruit d'une collaboration entre les industriels, la DGA (Direction générale de l'Armement), les états-majors des Armées et la Direction de la maintenance aéronautique (DMAé), sera mis en service en deux étapes, en 2023 et 2025.

Cette nouvelle version de l'avion de combat français est prévue dans la loi de programmation militaire 2019-2025 de près de 300 milliards d'euros, qui acte "la modernisation complète et le renouvellement aussi de notre aviation de chasse".

Mme Parly a ainsi rappelé que d'ici fin 2024, 28 Rafale supplémentaires seront livrés à l'armée française et que 30 nouveaux, au standard F4, seront commandés en 2023.

Il constitue une première étape vers le projet franco-allemand mené par Dassault et Airbus (Scaf), dont le premier contrat d'étude sera "finalisé dès ce mois de janvier", a annoncé Mme Parly.

Le Scaf (Système d'avion de combat du futur) est conçu comme un système complet associant un avion de combat de nouvelle génération, des avions existants encore en service après 2040, de futurs missiles de croisière et des drones évoluant en essaim.

Il sera connecté à des avions, des satellites, des systèmes de l'OTAN et des systèmes de combat terrestres et navals.

bpe/ff/cbo

DASSAULT AVIATION

AIRBUS GROUP

SAFRAN

Publié le 14/01/2019 04:48
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
La France, cauchemar du terroriste de Christchurch : comment nous avons laissé la question du Grand remplacement se transformer en tragique métastase politique
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
06.
Samedi de violences : l’Etat manque-t-il des moyens pour maintenir l’ordre ou ce gouvernement enchaîne-t-il les erreurs de stratégie ?