Londres, 14 jan 2019 (AFP) - Les dirigeants de l'UE ont affirmé lundi dans une lettre à la Première ministre Theresa May vouloir éviter l'entrée en vigueur d'une disposition controversée de l'accord de Brexit sur la frontière irlandaise, qui fait craindre son rejet lors d'un vote mardi par les députés britanniques.

Dans le même courrier, ces dirigeants ont cependant répété que l'Accord de sortie signé avec Londres fin novembre ne pouvait pas être modifié.

"Comme vous le savez, nous ne sommes pas en position d'accepter quoi que ce soit qui modifie ou est contradictoire avec l'Accord de sortie", indique cette lettre signée par le président du Conseil européen Donald Tusk et le chef de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, et publiée par le gouvernement de Londres à la la veille du vote des députés britanniques sur cet accord.

Mais "la Commission peut confirmer que, tout comme le Royaume-Uni, l'Union européenne ne souhaite pas que" la disposition sur la frontière irlandaise "entre en vigueur", ajoutent les deux dirigeants dans leur lettre. Et si elle devait être déclenchée, ce serait "seulement de manière temporaire", ajoutent-ils.

Les dirigeants européens assurent enfin que les clarifications déjà apportées par l'UE à l'issue d'un sommet en décembre pour éviter la mesure dite de "backstop" concernant la frontière irlandaise ont une "valeur légale".

L'accord de Brexit est critiqué à la fois par les "Brexiters" et les europhiles, laissant présager un rejet de l'accord mardi.

Le principal point de contention est la question de la solution préconisée pour éviter le rétablissement d'une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et sa voisine la République d'Irlande, baptisé "backstop" ou "filet de sécurité".

Face à l'hostilité des députés, Theresa May a cherché auprès de ses partenaires européens des "assurances" susceptibles de les convaincre, notamment sur le caractère provisoire du "backstop" irlandais.

Cette option dite dès le départ de "dernier recours" doit entrer en application si aucune solution alternative n'était trouvée à l'issue d'une période de transition.

Pour MM. Juncker et Tusk, l'accord de divorce conclu constitue "un compromis équitable, qui assure une sortie ordonnée du Royaume-Uni de l'Union européenne et évite ainsi les conséquences négatives du Brexit".

Publié le 14/01/2019 04:10
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
La France, cauchemar du terroriste de Christchurch : comment nous avons laissé la question du Grand remplacement se transformer en tragique métastase politique
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Grand Débat : l’étrange victoire d’Emmanuel Macron