Paris, 14 jan 2019 (AFP) - Le commissaire européen Pierre Moscovici présentera mardi à Strasbourg un texte pour passer "progressivement" à la majorité qualifiée sur les questions fiscales au sein de l'UE, et a admis qu'il serait "difficile" d'approuver à l'unanimité d'ici mars la taxe sur les géants du numérique.

"Je présenterai demain une communication sur le passage progressif à une majorité qualifiée dans les domaines de la fiscalité qui relèvent de la compétence européenne", a affirmé lundi le commissaire aux Affaires économiques lors de la présentation de ses voeux à la presse à Paris.

Il se rendra à Strasbourg pour présenter son texte lors d'une réunion du collège des commissaires, afin de faire en sorte que les mesures fiscales n'exigent plus l'approbation à l'unanimité pour être adoptées au sein de l'UE.

"Ma conviction est que l'unanimité ne protège plus la souveraineté nationale dans le monde actuel, comme l'affirment certains de nos Etats membres", a-t-il souligné. "Il est temps de regarder ces menaces en face et de constater que, face à elles, l'unanimité n'est plus un rempart, mais un obstacle".

M. Moscovici est ainsi revenu sur la directive européenne qu'il avait présentée l'année dernière pour taxer les géants du numérique sur leurs chiffres d'affaires, qui ne bénéficie pas du soutien unanime des pays membres, l'Irlande, le Danemark et la Suède ayant exprimé leur opposition.

"Il est clair que l'accord franco-allemand présenté (à la réunion des ministres des Finances de l'UE) en décembre dernier n'a pas suscité de ralliement unanime ni le jour-même ni dans les jours qui ont suivi, ce qui laisse penser qu'une solution commune reste une perspective pas impossible, mais difficile d'ici mars", a-t-il reconnu.

Dans un tweet diffusé après la rencontre avec la presse, M. Moscovici est allé plus loin en rappelant que "plus de 20 pays européens sur 28 veulent une taxe sur les géants du numérique au niveau européen. Mais la proposition est toujours bloquée à cause de l'unanimité", a-t-il expliqué, ajoutant une icône posant la question "Est-ce vraiment démocratique?".

"Avec la majorité qualifiée, cette taxe aurait été approuvée" a regretté une source française, dont le pays avait pris l'initiative à l'été 2017 de chercher un accord européen pour taxer les géants du numérique sur leur chiffre d'affaires en Europe.

M. Moscovici s'est d'ailleurs exprimé sur la décision de la France de taxer les géants du numérique dès cette année, qu'il y ait un accord européen ou pas.

"C'est un moindre mal", a-t-il expliqué, en soulignant que Paris envisage "de le faire sur la base de la proposition de la Commission, donc avec une assiette plus large que celle actuellement discutée" par les ministres des Finances de l'UE.

"Cela montre que notre proposition était équilibrée et qu'elle répondait à une attente", a expliqué M. Moscovici, qui souhaite également mettre à profit ses derniers mois à Bruxelles pour actualiser la liste noire des paradis fiscaux de l'UE.

"Il faudra présenter une liste crédible aux citoyens européens à deux mois des élections" européennes, a-t-il insisté, rappelant que cette liste ne compte actuellement que sept pays contre 17 initialement.

Publié le 14/01/2019 04:00
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
02.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
04.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
07.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?