Paris, 14 jan 2019 (AFP) - "Il n'y a pas de tabous" sur la question de possibles quotas en terme d'immigration, a estimé lundi le chef de file des députés La République en marche Gilles Le Gendre, à propos des "objectifs annuels" évoqués par Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français.

"On n'a pas prononcé le mot de quotas", s'est défendu Gilles Le Gendre alors que le journaliste de franceinfo rappelait que Nicolas Sarkozy était le dernier président à avoir souhaité des quotas en matière d'immigration.

Mais "il n'y a pas de tabous là-dessus", a-t-il ajouté, relancé sur le sujet des quotas.

"Voilà des années que la question de l'immigration empoisonne le débat public français car on refuse de le traiter autrement que de manière simpliste et démagogique". Or "le grand débat donne l'occasion d'aborder les questions différemment en donnant sur ce sujet aussi la parole aux Français, ce qui produira forcément des choses intéressantes", a-t-il justifié.

Gilles Le Gendre a défendu la nécessité d'"un accueil bien meilleur" pour les réfugiés, et, pour "le reste de l'immigration qui aujourd'hui pose un problème car nous ne sommes pas capables d'intégrer correctement les personnes qui rentrent sur notre territoire", la nécessité de "réguler", à la fois "pour les Français mais aussi pour les personnes qui viennent sur notre territoire".

"Nous verrons si nous mettons en place des quotas", a-t-il conclu.

Dans sa lettre aux Français sur le grand débat national, Emmanuel Macron propose d'encadrer la consultation par une trentaine de questions, dont certaines sur l'immigration.

"Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?"; "une fois nos obligations d'asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement?"; et "que proposez-vous pour améliorer l'intégration dans notre Nation?", demande-t-il ainsi.

Le député LREM Aurélien Taché s'est félicité que l'immigration soit incluse dans la partie "citoyenneté" du grand débat, reconnaissant qu'il n'est pas forcément très présent sur les ronds-points tenus par les "gilets jaunes" et ne valait donc pas un thème "à part".

Mais il a souligné que "le droit d'asile est un droit fondamental, il n'y aura jamais de quotas là-dessus", ni sur "l'immigration familiale".

Reste alors "l'immigration économique": "pourquoi ne pas demander au niveau européen de quoi et de qui on a besoin pour construire l'Europe de demain, même si ça fait plus" de personnes accueillies au final, a-t-il suggéré.

A gauche, le député PS Luc Carvounas a estimé que le chef de l'Etat posait avec cette question celle de "l'identité nationale sans vouloir le dire", et "court derrière les vieilles lunes de l'extrême droite" alors qu'approchent les élections européennes.

L'immigration n'apparaît qu'en "huitième position sur 11" sujets identifiés dans les cahiers de doléances ouverts par les maires, a remarqué de son côté Vanik Berberian, le président de l'Association des maires ruraux de France (AMRF).

Publié le 14/01/2019 01:34
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
02.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
04.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
07.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?