Khartoum, 14 jan 2019 (AFP) - Le président Omar el-Béchir a assuré lundi que la contestation qui secoue le Soudan depuis près d'un mois n'aboutirait "pas à un changement" de pouvoir, devant une foule de ses partisans au Darfour (ouest).

"Il y a une seule voie vers le pouvoir, et c'est celle des urnes. Le peuple soudanais décidera en 2020 qui doit les gouverner", a déclaré M. Béchir, 75 ans, dont une troisième candidature à l'élection présidentielle prévue l'an prochain est pressentie.

"Le Soudan a beaucoup d'ennemis et ces ennemis ont quelques personnes parmi nous qui ne veulent pas la stabilité et la sécurité" pour le pays, a-t-il ajouté, en brandissant sa canne à l'adresse de ses partisans.

Le chef de l'Etat soudanais, à la tête du pays depuis un coup d'Etat en 1989, se trouvait à Niyala, la capitale de l'Etat du Darfour-Sud, au lendemain de premières manifestations antigouvernementales dans cette région qui a été le théâtre depuis le début des années 2000 d'un conflit meurtrier avec le pouvoir central.

Ce conflit, qui oppose les forces soudanaises à des rebelles issus de minorités ethniques, a fait plus de 300.000 morts et 2,5 millions de déplacés, selon l'ONU. Omar el-Béchir est sous le coup d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour répondre d'accusations de génocide et crimes de guerre dans cette région.

L'actuel mouvement de contestation au Soudan a débuté le 19 décembre après la décision du gouvernement de tripler le prix du pain. Les manifestations se sont ensuite rapidement transformées en une contestation du pouvoir, dans un pays en plein marasme économique.

Dimanche, la police anti-émeute a de nouveau fait usage de gaz lacrymogène pour disperser une manifestation antigouvernementale à Khartoum,dans le quartier de Bahari, mais aussi de premiers rassemblements à Niyala et à Al-Facher, capitale de l'Etat du Darfour-Nord.

Vingt-quatre personnes sont mortes depuis le début du mouvement, selon un bilan officiel. Les ONG Human Rights Watch et Amnesty International parlent elles d'au moins 40 morts.

Publié le 14/01/2019 12:30
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
07.
Brexit : à J-9, les 4 scénarios impossibles. A croire que le chaos annoncé profite à beaucoup de monde
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
De Christchurch à Utrecht : quel modèle intellectuel pour penser sereinement le grand bouleversement démographico-ethnique dans les démocraties occidentales ?