Toulouse, 13 jan 2019 (AFP) - "A qui elle est la rue? Elle est à nous": des centaines de femmes "gilets jaunes" ont défilé dimanche de façon pacifique dans les rues de Toulouse, Perpignan, Le Mans, Pau ou encore Bordeaux contre le gouvernement.

Accompagnées de quelques hommes, elles étaient 90 à Pau et environ 300 au Mans, où elles ont également dénoncé les violences policières. A Bordeaux, 150 femmes, selon la police, 200 selon des manifestantes, ont défilé dans le centre-ville. En tête de cortège se trouvaient quelques "Marianne", habillées en blanc avec un bonnet phrygien et le visage maquillé en gris.

"Il n'y a que des femmes car certaines ont peur de venir le samedi par rapport à tout ce que l'on voit aux infos. Beaucoup ne se reconnaissent pas dans les +gilets jaunes+, là, c'est une marche des femmes en colère contre le gouvernement, certaines portaient des gilets jaunes, d'autres pas", a expliqué Christelle, 42 ans, qui a participé à toutes les manifestations depuis novembre.

A Perpignan aussi, plusieurs dizaines de femmes "gilets jaunes" ont tenu un rassemblement, le premier du genre pour la ville, en formant une grande ronde aux cris de "tous ensemble, tous ensemble".

Environ 200 femmes ont marché dans la bonne humeur dans le centre de Toulouse, au lendemain d'une mobilisation record en ville, avec au moins 6.000 manifestants.

Organisé pour le deuxième dimanche consécutif "avec les mêmes revendications que les hommes" le rendez-vous vise à "prouver que les femmes sont bien mobilisées dans le mouvement", a expliqué à l'AFP Carole Boublis, une quinquagénaire au chômage au gilet jaune frappé de l'inscription "présidente".

Cette "marche des femmes", à laquelle quelques hommes participaient, veut aussi "montrer une image plus apaisée, plus positive" de la mobilisation, souligne Hélène, 52 ans, cadre technique chez Airbus.

"Les femmes y sont très investies car elles prennent de plein fouet l'injustice sociale", ajoute-t-elle.

"Précarisées, discriminées, révoltées, Femmes en première ligne", proclamait la grande banderole noire de tête.

Si la plupart des slogans visent sans surprise le président Emmanuel Macron, quelques autres fusent contre "le patriarcat".

"Nous sommes femmes, fières, et +gilets jaunes+ et féministes", lance un groupe, tentant la synthèse.

"Nous demandons l'application effective de la loi sur l'égalité hommes-femmes" et "un milliard pour lutter contre les violences faites aux femmes", dit Olivia, une secrétaire de 53 ans. Pour cette "militante féministe et écologiste", il y a "une convergence des luttes" avec les "gilets jaunes".

Au moins 6.000 "gilets jaunes", selon la préfecture, ont manifesté samedi à Toulouse, soit la plus forte mobilisation officiellement recensée dans la ville depuis le début du mouvement.

Cet acte 9 a été émaillé de violences, qui ont fait 19 blessés légers parmi les forces de l'ordre, 13 parmi les manifestants tandis que 47 personnes ont été placées en garde à vue pour des dégradations ou des violences à l'encontre des forces de l'ordre, a indiqué la préfecture dimanche.

Ils étaient 6.000 à 10.000 "gilets jaunes" samedi à Bordeaux, où il y a eu 42 interpellations et plusieurs blessés.

jfm-lg-ale-cab/bw

Publié le 13/01/2019 07:25
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
07.
Brexit : à J-9, les 4 scénarios impossibles. A croire que le chaos annoncé profite à beaucoup de monde
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
De Christchurch à Utrecht : quel modèle intellectuel pour penser sereinement le grand bouleversement démographico-ethnique dans les démocraties occidentales ?