Bilbao (Espagne), 12 jan 2019 (AFP) - Des milliers de personnes ont défilé samedi au Pays basque, en Espagne et en France, en faveur du rapprochement des prisonniers de l'ancien groupe séparatiste armé ETA, actuellement dispersés à travers l'Espagne et la France, selon l'AFP.

Les deux marches ont eu lieu à Bilbao, au Pays basque espagnol, et à Bayonne, au Pays basque français.

A Bilbao, quelque 76.000 manifestants, selon les organisateurs, ont défilé dans une avenue du centre de la capitale de la Biscaye, aux cris de "Euskal presoak etxera" ("Les prisonniers basques à la maison") ou de "presoak kalera amnistia osoa" ("les prisonniers dans la rue, amnistie totale").

A Bayonne, ils étaient environ 9.000 personnes, selon les organisateurs, et 8.500 selon la police, à défiler sous le slogan "Orain presoak", ou "les prisonniers maintenant", pour réclamer un meilleur sort pour les 265 prisonniers basques.

Jusqu'à présent, la politique du gouvernement espagnol a consisté à éloigner du Pays basque les prisonniers liés avec ETA.

Toutefois, après son arrivée au pouvoir en juin 2018 -- un mois après la dissolution d'ETA -- notamment grâce aux voix des nationalistes basques, le socialiste Pedro Sanchez s'est dit prêt à transférer ces détenus dans des prisons proches de chez eux.

Réclamé de longue date par les familles de prisonniers et les militants de la cause séparatiste basque, ce rapprochement met en colère les associations de proches des 853 victimes d'ETA.

L'une d'entre elles, COVITE, préconise que ne soient transférés au Pays basque que les détenus ayant condamné ETA et demandé le pardon des victimes, ce que très peu ont fait jusqu'à présent.

Mais les défenseurs des prisonniers basques font valoir que moins d'une dizaine de prisonniers se trouvent actuellement au Pays basque et que la grande majorité d'entre eux sont dispersés dans des régions telle que l'Andalousie (sud), Murcie et Valence (sud-est), ou encore en Estrémadure (sud-ouest), à des centaines de kilomètres de leurs proches.

"Ce changement (de politique du gouvernement espagnol) n'a pas eu lieu. Et si c'est le cas, il se produit au compte-gouttes. Il y a une déception certaine", a commenté samedi à la radio Cadena SER Joseba Azkarraga, porte-parole de la plateforme Sare pour la défense des droits des prisonniers basques, à l'origine des deux marches.

Sur les 265 personnes incarcérées pour leur lien avec ETA, 46 sont en France, une au Portugal et les autres réparties à travers l'Espagne. Très peu sont au Pays basque même, selon l'association des familles et proches des prisonniers basques Etxerat.

Depuis l'annonce de Pedro Sanchez en juin, dix-neuf prisonniers ont été ou sont sur le point d'être transférés vers des prisons plus proches de leurs familles, a indiqué à l'AFP une porte-parole de l'administration pénitentiaire espagnole.

Côté français, de nombreux élus locaux ont pris part à la manifestation. "Nous ne demandons pas un régime de faveur mais l'application du droit commun", a indiqué le député LREM (majorité présidentielle) Vincent Bru lors des prises de parole finales, "il y a aussi la question des victimes et il faut traiter en même temps le droit et la reconnaissance de toutes les victimes".

Selon le sénateur LR (opposition) Max Brisson, "on a réglé la question de l'arsenal militaire et de la violence (...), donc la question des prisonniers peut avancer avec des mesures de clémence, même si elles sont individuelles", a-t-il plaidé en regrettant "un blocage collectif et de la contradiction dans la parole du gouvernement".

Publié le 12/01/2019 08:35
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
07.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Cherif Chekatt
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
06.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?