Nîmes, 12 jan 2019 (AFP) - Des échauffourées voire affrontements ont éclaté entre "gilets jaunes" et forces de l'ordre à Nîmes, Toulon et Marseille, samedi, dans le cadre de l'acte 9 du mouvement, et la mobilisation a été massive, avec près de 3.000 personnes dans chacune de ces villes a constaté l'AFP sur place.

A Nîmes, sur la place des Arènes, alors occupée par près de 3.000 personnes, les incidents ont éclaté en début d'après-midi quand des manifestants se sont équipés de larges plaques de tôle pour avancer en direction des forces de l'ordre, qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène et de lanceurs de balles de défense.

Des infirmiers bénévoles ont aussitôt pris en charge les quelques personnes blessées, même si personne ne semble avoir été grièvement touché. Ces affrontements se poursuivaient encore vers 17h00, de façon plus sporadiques.

Le rassemblement de Nîmes avait été annoncé comme une "manifestation régionale", avec des personnes attendues de tout le Gard mais aussi de l'Hérault, de l'Aude et du Vaucluse. Devant la mobilisation attendue, le Préfet avait notamment demandé le report du match de Ligue 1 Nîmes-Angers prévu samedi soir.

"Macron Dégage", "Stop aux privilèges", "Justice pour le peuple": ces slogans aperçus sur les pancartes à Nîmes étaient largement partagés à Toulon, dans le Var, où de véritables affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont aussi eu lieu, une semaine après une précédente manifestation émaillée de violences, avec l'interpellation de trois hommes mais aussi une polémique née des conditions de leur arrestation, des images montrant un policier, le commandant divisionnaire Didier Andrieux, en train de les frapper.

Selon des journalistes vidéo de l'AFP, qui ont ensuite dû se réfugier dans un commerce voisin pour échapper à des manifestants agressifs, une trentaine de personnes s'en sont pris aux policiers postés devant le commissariat de la ville, et les affrontements ont duré plusieurs minutes.

Les manifestants ont été repoussés par les forces de l'ordre, qui ont dû faire l'usage de grenades lacrymogènes, a précisé à l'AFP le procureur de la République de Toulon, Bernard Marchal, qui a estimé le cortège des "gilets jaunes" varois à au moins 2.500 personnes, "beaucoup plus que la semaine précédente".

D'autres affrontements, "également violents", entre manifestants et forces de l'ordre, ont ensuite eu lieu aux abords du stade Mayol, où le RC Toulon affrontait à 18h30 les Écossais d'Edimbourg en coupe d'Europe de rugby, a précisé M. Marchal à l'AFP. 4 personnes ont été interpellées et un manifestant blessé à l'oeil par un lanceur de balles de défense.

Sur le parcours de la manifestation, une énorme affiche sur un panneau publicitaire était largement photographiée par les manifestants, avec son slogan particulièrement d'actualité, "Mike Tyson défie le commandant de police Andrieux", comme l'a montré le quotidien Var matin sur son site internet.

A Marseille, près de 3.000 personnes (2.700 selon la Préfecture de police) là aussi se sont rassemblées, sur le Vieux Port, vers 15h00, venues de toutes les Bouches-du-Rhône.

Lors du parcours de la manifestation, le long des quais du Vieux Port et vers la Préfecture avant de revenir vers la Canebière, un automobiliste en colère sorti de sa voiture avec une matraque téléscopique a échappé de peu au lynchage. Seule l'intervention d'une dizaine de gendarmes casqués contraints d'utiliser une grenade lacrymogène lui a permis de rentrer dans sa grosse cylindrée et de s'échapper, au milieu d'une foule très excitée, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.

Après la dispersion, des escarmouches entre manifestants et forces de l'ordre ont éclaté, avec une dizaine d'interpellations et dix policiers blessés par des projectiles, de source policière.

Publié le 12/01/2019 07:18
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
07.
Brexit : à J-9, les 4 scénarios impossibles. A croire que le chaos annoncé profite à beaucoup de monde
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
De Christchurch à Utrecht : quel modèle intellectuel pour penser sereinement le grand bouleversement démographico-ethnique dans les démocraties occidentales ?