Varsovie, 9 jan 2019 (AFP) - L'homme fort du gouvernement italien Matteo Salvini a déclaré mercredi à Varsovie que l'Italie et la Pologne seraient les "protagonistes du nouveau printemps européen" qu'il appelle de ses voeux pour réformer l'Union européenne.

Le responsable italien a tenu ces propos devant la presse avant une rencontre en début d'après-midi avec Jaroslaw Kaczynski, le très puissant chef du parti conservateur nationaliste Droit et Justice (PiS, au pouvoir). Il pourrait aborder lors de l'entretien une éventuelle coopération dans le contexte des prochaines élections au Parlement Européen, signalait récemment le quotidien italien Reppublica.

Alors que "l'Europe s'est habituée pendant des années à parler de l'axe franco-allemand, nous nous préparons à avoir un nouvel équilibre et une nouvelle énergie en Europe", a dit M. Salvini qui est aussi chef de la Ligue, un parti d'extrême droite, à l'issue d'une rencontre avec le ministre polonais de l'Intérieur Joachim Brudzinski.

"La Pologne et l'Italie seront, absolument, les protagonistes de ce nouveau printemps européen, de cette renaissance des vraies valeurs européennes avec moins de finances, moins de bureaucratie et plus de travail, plus de famille et surtout plus de sécurité", a-t-il poursuivi.

"La sécurité, a-t-il affirmé, ne s'obtient pas en aidant les contrebandiers, les trafiquants et les ONG complices, mais en défendant le droit de chaque pays à protéger ses frontières. Celui qui cède au chantage de Bruxelles ou des ONG rend un mauvais service non seulement aux Italiens, mais à tous les Européens".

Son homologue polonais a souligné de son côté que l'Italie et la Pologne étaient d'accord sur presque tous les sujets abordés.

Les deux pays, a-t-il insisté, "ne comptent pas quitter l'UE, ils sont partie intégrante de l'Union (...) Nous voulons la renforcer, améliorer la sécurité de nos citoyens et de toute la communauté (...) et la réformer pour qu'elle soit plus proche des gens que des élites.

M. Salvini, qui a le rang de vice-Premier ministre, a rencontré également à Varsovie le chef du gouvernement conservateur Mateusz Morawiecki. Il a qualifié l'entretien d'"excellent" et dit à l'agence PAP qu'il souhaiterait voir se créer "un axe italo-polonais".

La proximité des positions entre Rome, et notamment M. Salvini d'une part, et Varsovie d'autre part a été soulignée quelques heures plus tôt par M. Morawiecki, dans une interview à la chaîne américaine CNBC.

Le responsable polonais a également accusé l'UE de discrimination entre les différents pays membres.

Un bon résultat de partis nationalistes comme le PiS et de l'extrême droite en France et en Italie pourrait modifier les rapports de forces au sein du Parlement Européen.

Publié le 09/01/2019 02:40
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Les dessous de la superpuissance américaine : les États-Unis, ce pays si familier que nous connaissons pourtant mal
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
La France, cauchemar du terroriste de Christchurch : comment nous avons laissé la question du Grand remplacement se transformer en tragique métastase politique
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Grand Débat : l’étrange victoire d’Emmanuel Macron