Paris, 18 déc 2018 (AFP) - L'Insee a abaissé mardi sa prévision de croissance pour 2018 à 1,5%, comme la Banque de France la semaine dernière, l'activité ayant été pénalisée par le climat des affaires et le mouvement des "gilets jaunes" au dernier trimestre, a indiqué mardi l'Insee.

L'Insee a revu à la baisse ses attentes pour la croissance en 2018, de 0,1 point à 1,5%, soit moins que le 1,7% attendu par le gouvernement et que la hausse du PIB de 2,2% (2,3% en données corrigées des jours ouvrés) atteinte l'an dernier.

Pour le quatrième trimestre, l'institut statistique a même divisé par deux et amputé de 0,2 point sa prévision précédente d'une croissance de 0,2%, imputant ce ralentissement au climat des affaires, mais aussi au mouvement des "gilets jaunes", malgré une "accélération du pouvoir d'achat" sur la fin de l'année.

La Banque de France (BdF) avait déjà abaissé jeudi dernier de la même manière ses prévisions de croissance pour 2018 et pour le quatrième trimestre de cette année, amputant également de 0,1 point sa prévision pour 2019 à 1,5%.

Pour sa part, l'Insee n'a pas communiqué sa prévision pour l'an prochain, mais elle estime que l'acquis de croissance au premier semestre serait de 1%, avec une hausse estimée à 0,4% au premier trimestre et à 0,3% au second.

L'institut statistique estime également que le pouvoir d'achat des Français progressera de 1,4% cette année, comme l'année dernière, grâce à une forte accélération sur le dernier trimestre de 2018, soutenue par la baisse du pétrole et de la taxe d'habitation.

En revanche, il ne s'attend qu'à un effet "limité" et "modéré" du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) sur le chômage l'an prochain, qui devrait très légèrement baisser à 9% au printemps contre 9,1% au troisième trimestre de cette année.

Cette mesure va peser lourdement sur le déficit public en 2019: l'État devra payer "double" en supportant le remboursement du CICE pour 2018 et la baisse des cotisations prévue pour l'année en cours, soit un total de 40 milliards d'euros.

Publié le 18/12/2018 06:05
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
07.
Brexit : à J-9, les 4 scénarios impossibles. A croire que le chaos annoncé profite à beaucoup de monde
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
De Christchurch à Utrecht : quel modèle intellectuel pour penser sereinement le grand bouleversement démographico-ethnique dans les démocraties occidentales ?