Beni (RD Congo), 16 déc 2018 (AFP) - Les autorités congolaises ont affirmé qu'un nouvel entrepôt de la commission électorale avait été attaqué dimanche, à une semaine des élections prévues en République démocratique du Congo où les autorités parlent de fermer les frontières le jour du vote.

Selon un porte-parole joint par l'AFP, l'armée a repoussé avec la police une attaque d'un groupe armé rebelle contre l'entrepôt de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) à Beni, dans l'est du pays.

"Nos matériels sont intacts à l'intérieur (de l'entrepôt), dont 2.000 machines à voter et autres accessoires. Donc les élections auront toujours lieu ici (à Beni) le 23 décembre", a déclaré à un correspondant de l'AFP le chef d'antenne de la Céni à Beni, Deogratias Mbayahi.

Un incendie s'est déclaré dans la nuit de mercredi à jeudi dans un entrepôt de la Céni à Kinshasa. Le sinistre d'origine sans doute criminelle a détruit 80% des "machines à voter" destinées à la capitale, selon la version des autorités.

Ces machines se présentent sous la forme d'un écran tactile qui doit servir à cliquer sur le nom des candidats et imprimer les bulletins le jour du vote. Une partie de l'opposition rejette cette procédure de vote.

La Céni rappelle "qu'elle n'est qu'une institution d'appui à la démocratie et ne devrait pas être vue comme une cible des attaques de tout genre qui ne serviront qu'à saboter les élections" dans un communiqué dimanche de son rapporteur Jean-Pierre Kalamba.

Le ministre de l'Intérieur Henri Mova a indiqué qu'il allait appeler l'armée à la rescousse pour "faire des opérations de police" le jour des élections.

Afin de garantir "une sécurité maximale", "il est de tradition de fermer les frontières", a-t-il ajouté sur la radio Top Congo.

Ouverte le 22 novembre, la campagne électorale a été marquée cette semaine par des violences à Lubumbashi, Kalemie (sud-est) et Mbuji-Mayi (centre) faisant au moins cinq morts, selon des témoignages recueillis par l'AFP et un bilan d'ONG.

Les autorités nient tout décès en lien avec la campagne.

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a dénoncé ces violences commises à l'égard des candidats et militants de l'opposition.

Les ambassadeurs des États-Unis, du Canada, du Royaume Uni et de la Suisse à Kinshasa se sont déclarés vendredi "vivement préoccupés" dans un communiqué commun.

Publié le 16/12/2018 03:26
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent