Toulouse, 16 déc 2018 (AFP) - Les zones de péage de Narbonne sud et de Perpignan sud ont de nouveau été la proie des flammes dans la nuit de samedi à dimanche en marge de manifestations de "gilets jaunes", après avoir été incendiées les semaines précédentes, a-t-on appris de sources concordantes.

A Perpignan sud, les pompiers sont intervenus pour un nouvel incendie qui a touché la zone de péage, sur l'autoroute A9, ont-ils indiqué à l'AFP.

Il y a une semaine, sur cette même zone, quatre barrières avaient été cassées, une cabine avait été entièrement carbonisée et tous les panneaux de signalisation avaient été démontés et brûlés.

Le site va rester fermé pour "évaluer les dégâts", selon un communiqué de Vinci Autoroutes.

A Narbonne, l'incendie s'est déclaré samedi vers 21H00, selon les pompiers, confirmant une information du site internet de L'Indépendant.

Dimanche, la zone de péage était entièrement fermée, en entrée comme en sortie, le temps d'effectuer de nouvelles réparations, a indiqué Vinci Autoroutes à l'AFP.

Des réparations avaient déjà été effectuées après l'incendie qui avait touché, dans la nuit du 1er au 2 décembre, ce péage, mais aussi des bâtiments de Vinci et du peloton de gendarmerie, là encore en marge d'une manifestation des "gilets jaunes".

Un groupe de quelque 200 personnes s'en était d'abord pris à la barrière de péage, à la sortie de l'autoroute A9 (Perpignan-Montpellier), avant d'incendier les locaux d'exploitation de la société d'autoroutes et ceux du peloton autoroutier.

Il n'y a pas eu de blessés. Cinq personnes, dont un mineur, avaient été interpellées.

La direction régionale de Vinci Autoroutes à Narbonne va devoir être "démolie et reconstruite", et cette remise en état prendra un an, avait indiqué à l'AFP Raphaël Martin, directeur d'exploitation Méditerranée.

Vinci a porté plainte pour dégradations.

Les 160 salariés, "privés de leur outil de travail", ont été redéployés sur les districts de Sète, Carcassonne et Rivesaltes. Une trentaine de véhicules (fourgons des patrouilleurs, camions équipés de saleuses, saumureuses et lames de déneigement) avaient été dégradés, voire brûlés.

Une enquête judiciaire, confiée à la gendarmerie de Narbonne, est en cours. Les dégâts devraient se chiffrer à "plusieurs centaines de milliers d'euros".

hg/tes

VINCI

Publié le 16/12/2018 01:22
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

06.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent