Jérusalem, 7 déc 2018 (AFP) - Le Premier ministre israélien Benjamin a présenté vendredi comme "une réussite très importante" le nombre de pays qui ont voté à l'ONU en faveur d'un projet de résolution américaine condamnant le Hamas, bien que le texte n'ait pas été adopté

M. Netanyahu a relevé dans un communiqué que, si le texte n'a pas été approuvé par l'assemblée générale faute d'avoir réuni deux tiers des voix, il a néanmoins recueilli une "large majorité".

"C'est la première fois qu'une majorité de pays votent contre le Hamas et je félicite chacun des 87 pays qui ont adopté une position de principe contre le Hamas. C'est une réussite très importante pour les Etats-Unis et Israël", a-t-il dit, remerciant l'administration Trump et l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley.

Le texte des Etats-Unis a recueilli 87 voix pour, 58 contre, et 32 pays se sont abstenus. Au préalable, le Koweït et le groupe arabe à l'ONU avaient obtenu qu'une règle d'une majorité aux deux tiers soit appliquée.

Le mouvement islamiste palestinien Hamas, l'un des grands ennemis d'Israël au pouvoir dans la bande de Gaza, a salué le vote comme une "gifle" pour l'administration Trump et la "confirmation de la légitimité de la résistance".

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, bien qu'à couteaux tirés avec le Hamas, a lui aussi salué le vote de l'assemblée générale.

La vote a "prouvé que le monde entier soutenait les droits des Palestiniens", a dit le porte-parole de M. Abbas, Nabil Abou Roudeinah, dans un communiqué.

Le Hamas, ostracisé par une grande partie de la communauté internationale, a évincé l'Autorité palestinienne de la bande de Gaza par la force en 2007. L'Autorité, internationalement reconnue, n'exerce plus un gouvernement limité que sur des fragments de Cisjordanie, autre territoire palestinien, occupée par l'armée israélienne depuis plus de 50 ans.

Toutes les tentatives de réconciliation entre Autorité et Hamas sont restées vaines.

Publié le 07/12/2018 11:20
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
04.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
05.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
07.
Les dessous de la superpuissance américaine : les États-Unis, ce pays si familier que nous connaissons pourtant mal
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
04.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès