Houston (Etats-Unis), 7 déc 2018 (AFP) - L'ancien président américain George H.W. Bush a reçu jeudi un dernier adieu populaire au Texas avant d'être inhumé dans l'intimité aux côtés de l'épouse qu'il a chérie pendant plus de 70 ans, Barbara, et de leur fille décédée en bas âge.

Quatre jours de cérémonie, des funérailles d'Etat et les plus grandes figures politiques, démocrates et républicaines, rassemblées: les Etats-Unis ont traversé un bref, et rare, moment d'unité pour les obsèques du 41e président des Etats-Unis (1989-1993).

Loin des caméras, George H.W. Bush a été inhumé en famille en fin de journée sous un ciel gris, près de la bibliothèque présidentielle qui porte son nom à College Station, au Texas.

"Le 41e président des Etats-Unis d'Amérique, George Herbert Walker Bush, est arrivé en sa dernière demeure", a annoncé son porte-parole, Jim McGrath.

Décédé à l'âge de 94 ans au Texas, le 30 novembre, il a été enterré aux côtés de Barbara, son épouse et grand amour pendant 73 ans, décédée en avril, et de Robin, leur fille morte d'une leucémie lorsqu'elle avait 3 ans.

"Dans notre deuil, nous pouvons sourire", avait déclaré mercredi son fils George W. Bush, entre les larmes, "car nous savons qu'il serre Robin dans ses bras et a de nouveau la main de maman dans la sienne".

Agitant des drapeaux américains, des citoyens anonymes s'étaient massés jeudi sur les bords des voies pour saluer le train aux couleurs de l'avion présidentiel Air Force One, et marqué de son nom, qui transportait sa dépouille depuis Houston.

Une patrouille militaire a survolé le convoi, encadré par une garde d'honneur.

- "Courage" -

George W. Bush, 43 président américain, et ses proches ont accompagné sa dépouille à chaque étape des multiples honneurs rendus, à Washington et au Texas, au dernier président américain de la Guerre froide.

Dans la matinée, jeudi, sa famille et des proches s'étaient réunis pour une ultime cérémonie à l'église épiscopalienne de St. Martin à Houston, que la famille Bush fréquente depuis des décennies.

Né dans une riche famille du nord-est des Etats-Unis, George H. W. Bush avait choisi cet Etat du sud pour démarrer sa carrière dans le pétrole, après avoir servi comme pilote de l'US Navy lors de la Seconde Guerre mondiale. Il en avait fait ses terres d'adoption.

Fils de sénateur, il avait été élu à la Chambre des représentants dans les années 1960 avant de partir représenter les Etats-Unis en Chine puis d'être nommé chef de la CIA et, enfin, vice-président de Ronald Reagan.

Elu à son tour président des Etats-Unis en 1988, il avait vu tomber le mur de Berlin et s'effondrer l'Union soviétique.

Il mena plus tard la coalition internationale pendant la première guerre du Golfe, puis fut nettement battu en 1992 par le démocrate Bill Clinton qui lui barra la route d'un second mandat.

"Il avait le courage d'un guerrier. Mais lorsque l'heure était à la prudence, il a toujours conservé le plus grand courage d'un pacificateur", avait déclaré jeudi à l'église son ancien secrétaire d'Etat James Baker, dont il était très proche.

Dans la lignée des hommages très personnels qui lui avaient été rendus la veille en la cathédrale de Washington, l'ex-chef de la diplomatie américaine a aussi salué, la voix un temps brisée par les larmes, "sa gentillesse sans limite".

Publié le 07/12/2018 01:33
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La Nasa annonce que les glaciers de l’Antarctique de l’Est que l’on pensait stables fondent eux aussi rapidement
02.
François Bayrou est-il en train d'annoncer un virage politique majeur sans que personne ne s'en rende vraiment compte ?
03.
La crise des Gilets jaunes pourrait bien offrir une opportunité de relance à l’économie et au modèle français
04.
Ce désastre sécuritaire national que révèle l’attentat de Strasbourg
05.
Attentat de Strasbourg : pourquoi l'antiterrorisme français se fourvoie dans un logiciel de pensée dépassé
06.
2019 est-elle bien partie pour être un nouveau 1929 ?
07.
Traque à Strasbourg : révélations sur l’itinéraire de Chérif Chekatt
01.
Emmanuel Macron, chronique d'une mort (politique) annoncée
02.
Laura Smet se marie sous escorte policière; Laeticia Hallyday aurait caché des maisons; Demi Moore : après les jeunots, une femme; Vexée par sa défaite à DALS, Iris Mittenaere retombe dans les bras de Kev Adams; Ces stars qui revêtent leurs gilets jaunes
03.
Gilets jaunes : ce qui se cache derrière le silence assourdissant de Nicolas Sarkozy
04.
François Bayrou est-il en train d'annoncer un virage politique majeur sans que personne ne s'en rende vraiment compte ?
05.
La Nasa annonce que les glaciers de l’Antarctique de l’Est que l’on pensait stables fondent eux aussi rapidement
06.
La France s’est réveillée. L’Union Européenne tremble sur ses bases
07.
Où l'on apprend que Macron ne sait pas nager !
01.
Emmanuel Macron, chronique d'une mort (politique) annoncée
02.
La France s’est réveillée. L’Union Européenne tremble sur ses bases
03.
Ce désastre sécuritaire national que révèle l’attentat de Strasbourg
04.
Vers le clash final ? Emmanuel Macron ou trois ans de stratégie du “moi ou le chaos”
05.
Comment l’extrême-gauche est en train de noyauter le volet revendication des Gilets jaunes
06.
Branko Milanovic : "Emmanuel Macron pensait pouvoir relancer la croissance française en utilisant des méthodes thatchériennes. Mais le monde a profondément changé depuis 1980"
01.
Ce désastre sécuritaire national que révèle l’attentat de Strasbourg
02.
Jours de colère : qui du gouvernement ou des Gilets jaunes a marqué le plus de points ce samedi ?
03.
Branko Milanovic : "Emmanuel Macron pensait pouvoir relancer la croissance française en utilisant des méthodes thatchériennes. Mais le monde a profondément changé depuis 1980"
04.
Emmanuel Macron, chronique d'une mort (politique) annoncée
05.
Ce double effet de blast sans lequel Emmanuel Macron ne pourra pas apaiser la France
06.
Vers le clash final ? Emmanuel Macron ou trois ans de stratégie du “moi ou le chaos”