Toulouse, 6 déc 2018 (AFP) - La mobilisation des lycéens à Toulouse s'est poursuivie jeudi, avec des blocages d'établissements et une manifestation ponctuée de violences au cours de laquelle 11 personnes ont été blessées -8 policiers, 2 lycéens et un proviseur, ainsi qu'un journaliste "bousculé", a indiqué la préfecture de la Haute-Garonne.

La préfecture a fait état de "jets de projectiles à l'encontre des forces de l'ordre, incendies de poubelles, dégradations de mobiliers urbains et incendies aux abords des établissements scolaires".

Vingt-trois lycées du département ont été impactés par le mouvement, selon la préfecture, et au total 2.000 lycéens étaient dans la rue. Il y a eu sept interpellations. Le proviseur du lycée Déodat de Séverac à Toulouse figure parmi les 11 blessés.

Depuis le début lundi des manifestations de lycéens, 20 membres des forces de l'ordre ont été blessés, 54 personnes interpellées dont 44 lycéens.

Plusieurs centaines de lycéens ont manifesté dans l'après-midi dans un quartier sur la rive gauche de la Garonne, a constaté un journaliste de l'AFP.

Ils ont allumé des feux de palettes à proximité d'un pont d'accès vers le centre historique de la ville mais ont été délogés par des tirs de grenades lacrymogènes qui ont provoqué des mouvements de panique parmi les manifestants parfois très jeunes.

De très nombreux magasins ont baissé leurs rideaux et rangé leurs poubelles dans le quartier Saint-Cyprien où des jeunes ont tenté d'ériger des barricades avec des barrières qui protègent le marché où devait se dérouler une fête des commerçants dans la soirée.

La police a procédé à des interpellations, a constaté un journaliste de l'AFP.

Un journaliste de France 3 a par ailleurs été "bousculé". "L'un de nos journalistes sur place a été malmené, des élèves lui ont arraché et volé sa caméra", a précisé la chaîne sur son site.

Le ministre de la Culture Franck Riester a apporté dans un tweet son "soutien total aux journalistes attaqués à #Toulouse. Aucune indulgence pour ceux qui les menacent, les pourchassent, les caillassent. Aucune excuse pour ceux qui les empêchent d'informer, d'exercer leur métier".

- "Débordements inacceptables" -

Au total, la manifestation à Toulouse a réuni quelque 300 personnes et "environ 1.830 lycéens" se sont mobilisés sur l'ensemble du département avec une vingtaine d'établissements concernés, selon un communiqué conjoint de la préfecture et de l'Académie de Toulouse.

"Aujourd'hui encore certains lycéens sont venus dans les rues de #Toulouse avec 1 seul but : troubler l'ordre public en brûlant et cassant. Ces débordements sont inacceptables et doivent cesser, tout comme les violences commises contre les journalistes, à qui j'apporte mon soutien", a indiqué sur Twitter le maire LR de Toulouse, Jean-Luc Moudenc.

De son côté, la présidente PS de la Région Occitanie Carole Delga a souligné que "les actes de violence et les dégradations qui se sont produits aujourd'hui (jeudi), notamment à l'égard de la presse, sont inadmissibles". "J'appelle à la retenue, à la prudence et à la responsabilité collective", a-t-elle insisté sur Twitter.

Des étudiants de l'université Jean-Jaurès dans le quartier du Mirail ont ensuite rejoint la manifestation des lycéens.

Les transports en commun ont été une nouvelle fois perturbés jeudi, avec l'interruption totale ou partielle de certaines lignes de métro, de bus et de tramways, selon le service des transports publics de la ville, Tisséo.

Il s'agit de la quatrième journée consécutive de manifestations lycéennes à Toulouse. Comme dans de nombreuses villes françaises, les lycéens contestataires appellent à l'abandon de plusieurs réformes de l'Éducation nationale, dans la foulée du mouvement des "gilets jaunes".

Publié le 06/12/2018 07:42
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce double effet de blast sans lequel Emmanuel Macron ne pourra pas apaiser la France
02.
Laura Smet se marie sous escorte policière; Laeticia Hallyday aurait caché des maisons; Demi Moore : après les jeunots, une femme; Vexée par sa défaite à DALS, Iris Mittenaere retombe dans les bras de Kev Adams; Ces stars qui revêtent leurs gilets jaunes
03.
Mais combien mesure vraiment l’univers ? La cosmologie voit ses certitudes ébranlées
04.
Le Bitcoin est-il condamné à la déchéance si ses cours continuent à baisser mais que le coût de son minage se maintient ?
05.
Ne pas verser le CICE 2018 pour retrouver de l’oxygène budgétaire ? Quel impact sur la trésorerie des TPE-PME ?
06.
Europe : le moment d’utiliser l’arme (politique) atomique française est-il venu ?
07.
Consentement au pouvoir : les 4 mensonges auxquelles la France ne fait plus semblant de croire
01.
Gilets jaunes : ce qui se cache derrière le silence assourdissant de Nicolas Sarkozy
02.
Emmanuel Macron, chronique d'une mort (politique) annoncée
03.
Toulouse : un Gilet jaune entre la vie et la mort après un tir de flash-ball en pleine tête
04.
Laura Smet se marie sous escorte policière; Laeticia Hallyday aurait caché des maisons; Demi Moore : après les jeunots, une femme; Vexée par sa défaite à DALS, Iris Mittenaere retombe dans les bras de Kev Adams; Ces stars qui revêtent leurs gilets jaunes
05.
Une députée LREM ne connaît pas le montant du SMIC, le Gilet jaune face à elle quitte le plateau
06.
2019, les prévisions choc de Saxo Bank
07.
L'origine de l'agressivité de la tribu des Sentinelles
01.
Emmanuel Macron, chronique d'une mort (politique) annoncée
02.
Obsèques de Johnny Hallyday : Laeticia laisse la facture à l'Elysée
03.
Gilets jaunes : ce qui se cache derrière le silence assourdissant de Nicolas Sarkozy
04.
Vers le clash final ? Emmanuel Macron ou trois ans de stratégie du “moi ou le chaos”
05.
Comment l’extrême-gauche est en train de noyauter le volet revendication des Gilets jaunes
06.
Gilets jaunes, l’erreur du président : le pouvoir imagine une sortie à la 1968 alors qu’il est confronté à un défi à la 1958
01.
Jours de colère : qui du gouvernement ou des Gilets jaunes a marqué le plus de points ce samedi ?
02.
Ce virage de la croissance qui pourrait sauver Emmanuel Macron (tout en restant libéral) s’il osait faire son 1983 à l’envers
03.
Emmanuel Macron, chronique d'une mort (politique) annoncée
04.
Gilets jaunes, l’erreur du président : le pouvoir imagine une sortie à la 1968 alors qu’il est confronté à un défi à la 1958
05.
Vers le clash final ? Emmanuel Macron ou trois ans de stratégie du “moi ou le chaos”
06.
Peur du grand dérapage : ces appels à la responsabilité qui masquent mal le raidissement des politiques et des électeurs centristes dans les démocraties occidentales