Mogadiscio, 6 déc 2018 (AFP) - Deux hauts responsables de l'armée somalienne, ainsi que cinq de leurs soldats, ont été tués jeudi dans l'explosion d'une mine au passage de leur convoi non loin de la capitale Mogadiscio, a-t-on appris de sources militaires, une attaque revendiquée par les islamistes shebab.

La présidence somalienne a rendu hommage à ces hommes tués, dont le général Omar Adan Hassan, à la tête de la 12ème brigade de l'armée somalienne, et son adjoint en charge des opérations, le général Abdi Ali Jamame, salués comme des "martyrs" ayant "sacrifiés leurs vies à travailler au retour de la paix dans leur pays".

Ces généraux étaient les deux plus hauts responsables militaires de la région de Basse-Shabelle, une des régions où l'armée somalienne combat les islamistes shebab, affiliés à Al-Qaïda et qui ont revendiqué l'attaque.

MM. Omar et Abdi rentraient à Mogadiscio après avoir visité une base militaire au sud de la capitale lorsque leur convoi a heurté un engin explosif sur une route longeant l'océan Indien.

"Les terroristes ont installé un engin explosif le long de la route qui visait le véhicule transportant le général Omar", a indiqué à l'AFP Mohamed Adan, un responsable militaire. "La mort du général est confirmée ainsi que celle de six autres membres de l'armée nationale, dont le commandant des opérations militaires."

Abdulahi Ahmed, un autre responsable militaire a précisé que les hommes tués voyageaient à bord d'un pick-up. "La plupart des passagers ont été tués", a-t-il dit, soulignant que l'explosion avait également blessé deux soldats.

Les insurgés shebab, affiliés à Al-Qaïda, ont revendiqué l'attaque.

Chassés de Mogadiscio en 2011, les shebab ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides y compris dans la capitale, contre des objectifs gouvernementaux, sécuritaires ou civils.

Publié le 06/12/2018 07:42
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
04.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
05.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
07.
Les dessous de la superpuissance américaine : les États-Unis, ce pays si familier que nous connaissons pourtant mal
01.
L'iPhone, nouveau coach sportif ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
04.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès