Kiev (Ukraine), 3 déc 2018 (AFP) - Les forces de l'ordre ukrainiennes ont perquisitionné lundi trois églises orthodoxes rattachées au Patriarcat de Moscou, ainsi que des domiciles de prêtres dans le centre-nord de l'Ukraine, sur fond de conflit politique et religieux entre Kiev et Moscou.

L'Eglise orthodoxe ukrainienne dépendante du Patriarcat de Moscou a dénoncé auprès de l'AFP cette opération comme une tentative d'"intimidation".

La police et des agents des services de sécurité (SBU) ont effectué "des perquisitions" dans "huit locaux" dont "deux logements (...) appartenant à plusieurs diocèses" de cette confession dans la région de Jitomir, a indiqué à l'AFP la porte-parole de la police régionale Alla Vachtchenko.

Ces procédures ont été effectuées dans le cadre d'une enquête judiciaire pour "violation de l'égalité des citoyens" en fonction de leur "conviction religieuse", a déclaré la porte-parole sans autre précision. "Personne n'a été arrêté", a-t-elle ajouté.

Un porte-parole de cette Eglise, l'archevêque Kliment Vetcheria, a pour sa part dénoncé une tentative d'"intimidation" en la comparant aux pressions sur les orthodoxes à l'époque de Staline.

"Des choses similaires se passaient il y a presque cent ans à l'époque du tyran Staline, quand il y avait des interrogatoires de prêtres et d'évêques", a-t-il lancé.

Le métropolite Vissarion, un dignitaire de cette confession dans la région de Jitomir où les perquisitions avaient eu lieu, s'est montré plus réservé. "C'était fait délicatement, de façon tolérante", a-t-il déclaré à l'AFP.

Cette affaire intervient trois jours après les perquisitions dans le cadre d'une enquête similaire dans la résidence du gérant d'un important monastère orthodoxe de Kiev, le métropolite Pavlo, qui fait partie de la même Eglise.

Kiev et Moscou sont engagées dans leur pire bras de fer depuis plusieurs années après l'arraisonnement manu militari par la Russie de trois navires militaires ukrainiens en mer Noire la semaine dernière.

Sur le plan religieux, les tensions sont également fortes entre ces deux ex-républiques soviétiques autour de la création en Ukraine d'une Eglise orthodoxe indépendante de Moscou.

Le Patriarcat de Constantinople a annoncé en octobre qu'il reconnaissait une Eglise indépendante en Ukraine, mettant fin à 332 années de tutelle religieuse russe.

Cette décision ayant provoqué l'ire de l'Eglise orthodoxe russe, qui a rompu ses liens avec le Patriarcat de Constantinople, pourrait être actée dès décembre. Dans ce contexte, Kiev a maintes fois déclaré craindre des "provocations" de Moscou.

Une partie des croyants ukrainiens reste toutefois fidèle à l'Eglise orthodoxe rattachée au Patriarcat de Moscou, qui accuse Kiev de faire pression sur son clergé afin de le pousser à rejoindre la nouvelle Eglise, indépendante de Moscou.

"Le président Petro Porochenko" cherche à "forcer des prêtres et évêques" à rejoindre cette Eglise pour "légitimer ce projet politique à lui", a accusé l'archevêque Kliment.

L'Eglise du Patriarcat de Moscou dispose en Ukraine du plus grand nombre de paroisses, mais une confession rivale, dite du Patriarcat de Kiev, compte le plus grand nombre de fidèles, selon des sondages.

Publié le 03/12/2018 07:30
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Toulouse : un Gilet jaune entre la vie et la mort après un tir de flash-ball en pleine tête
02.
Il venait d’avoir 18 ans (de moins qu’elle) : Monica Bellucci in love; Rihanna a peur des voleurs, Brigitte Macron peur pour sa famille; George &Amal Clooney se sont (enfin) revus... avec 3000 personnes, Brad Pitt &Angelina Jolie aussi mais sans témoins
03.
Louis XX : l’étrange buzz autour d’un prétendant au trône de France vêtu d’un gilet jaune
04.
Comment reconnaître un sociopathe (et comment savoir si vous en êtes un) ?
05.
Baisse des prix du pétrole et fin de l’aide militaire américaines au Yémen : l’étau se referme sur l’Arabie saoudite
06.
Si la présidentielle 2017 avait lieu de nouveau, Emmanuel Macron ferait un peu mieux au premier tour
07.
Acte V : Pourquoi les Gilets jaunes survivront certainement un bon moment à l’essoufflement de leurs samedis
01.
Toulouse : un Gilet jaune entre la vie et la mort après un tir de flash-ball en pleine tête
02.
François Bayrou est-il en train d'annoncer un virage politique majeur sans que personne ne s'en rende vraiment compte ?
03.
Il venait d’avoir 18 ans (de moins qu’elle) : Monica Bellucci in love; Rihanna a peur des voleurs, Brigitte Macron peur pour sa famille; George &Amal Clooney se sont (enfin) revus... avec 3000 personnes, Brad Pitt &Angelina Jolie aussi mais sans témoins
04.
La Nasa annonce que les glaciers de l’Antarctique de l’Est que l’on pensait stables fondent eux aussi rapidement
05.
La France s’est réveillée. L’Union Européenne tremble sur ses bases
06.
Ce désastre sécuritaire national que révèle l’attentat de Strasbourg
07.
Méditation : ça ne peut pas faire de mal… eh bien si, et voilà comment
01.
La France s’est réveillée. L’Union Européenne tremble sur ses bases
02.
Ce désastre sécuritaire national que révèle l’attentat de Strasbourg
03.
Les 5 graphiques qui révèlent l'incroyable aveuglement des élites européennes sur les dysfonctionnements de la zone euro
04.
L’existence de l’euro, cause première des "gilets jaunes"
05.
Branko Milanovic : "Emmanuel Macron pensait pouvoir relancer la croissance française en utilisant des méthodes thatchériennes. Mais le monde a profondément changé depuis 1980"
06.
François Bayrou est-il en train d'annoncer un virage politique majeur sans que personne ne s'en rende vraiment compte ?
01.
Branko Milanovic : "Emmanuel Macron pensait pouvoir relancer la croissance française en utilisant des méthodes thatchériennes. Mais le monde a profondément changé depuis 1980"
02.
Ce désastre sécuritaire national que révèle l’attentat de Strasbourg
03.
Ce double effet de blast sans lequel Emmanuel Macron ne pourra pas apaiser la France
04.
Attentat de Strasbourg : pourquoi l'antiterrorisme français se fourvoie dans un logiciel de pensée dépassé
05.
Traque à Strasbourg : révélations sur l’itinéraire de Chérif Chekatt
06.
Le choc Gilets jaunes : comment les démocraties ont fini par s’affaiblir à force de vouloir se préserver des passions populaires