En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 6 heures 34 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 7 heures 43 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 9 heures 22 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 11 heures 30 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 12 heures 56 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 14 heures 4 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 1 jour 6 heures
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 6 heures 58 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 8 heures 39 sec
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 9 heures 55 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 12 heures 20 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 13 heures 12 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 15 heures 9 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 16 heures 30 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 17 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 1 jour 6 heures
Prague, 23 nov 2018 (AFP) - Le gouvernement tchèque du Premier ministre milliardaire Andrej Babis a survécu vendredi, sans surprise, à une motion de censure déposée par l'opposition à la suite d'accusations retentissantes portant sur son fils et une possible affaire de fraude.

Mis en examen depuis 2017 pour un détournement de fonds européens présumé, M. Babis a été accusé la semaine dernière par un site d'information d'avoir envoyé en 2017 son fils en Crimée, annexée par la Russie, pour l'écarter de l'enquête sur cette affaire.

L'opposition de droite n'a réuni que 92 voix sur les 200 sièges de la chambre basse, entrainant l'échec de cette tentative d'obtenir le départ du gouvernement minoritaire du mouvement populiste ANO de M. Babis (78 sièges) et des sociaux-démocrates CSSD (15), soutenu par les communistes KSCM (15).

Opposés à l'idée de faire chuter un gouvernement dont ils font partie mais en même temps vigilants face aux affaires qui concernent du Premier ministre, les élus du CSSD ont quitté la salle au moment du vote.

"Depuis un an et demi, nous devons nous occuper des affaires liées au Premier ministre", a constaté lors du débat de sept heures le chef du parti de droite ODS, Petr Fiala, l'un des initiateurs du vote de défiance.

Il a aussi dénoncé ce qui était selon lui un "conflit d'intérêts énorme digne d'un pays en voie de développement" de la part du chef de l'exécutif.

"Je n'ai pas l'intention de démissionner, à cause de cette pseudo-affaire mensongère. Je l'ai déjà dit à maintes reprises", a de son côté lancé M. Babis, deuxième fortune du pays, fondateur du géant agroalimentaire Agrofert qui comprend aussi deux grands quotidiens et la principale radio privée du pays.

L'affaire est partie d'une enquête journalistique explosive publiée lundi 12 novembre sur le site d'information www.seznamzpravy.cz, dont deux reporters ont rencontré le fils de M. Babis en Suisse, où il vit actuellement, et enregistré un entretien en caméra cachée.

Andrej Babis jr - souffrant de schizophrénie selon son père - y affirme avoir été conduit contre sa volonté en Crimée par des collaborateurs du Premier ministre.

Cette opération aurait eu pour but de le tenir à l'écart de l'enquête sur l'abus présumé par M. Babis de subventions européennes lors de la construction du complexe hôtelier de luxe "Nid de Cigogne" près de Prague en 2007-2008.

Andrej Babis jr, 35 ans, est mis en examen dans cette affaire, de même que son père.

Le Premier ministre qui bénéficie de l'appui ferme du président Milos Zeman, rejette toutes les allégations, qualifiant le séjour de son fils en Crimée d'"excursion".

Les détracteurs du Premier ministre lui reprochent aussi son appartenance au parti communiste et sa collaboration présumée - qu'il nie - avec la police secrète communiste StB, avant 1989.

Dans la soirée, environ 8.000 protestataires contre le gouvernement de M. Babis, selon une estimation de l'AFP, se sont rassemblés dans le centre de Prague à l'issue d'un défilé à travers la ville, baptisé "Marche pour un gouvernement crédible", par les organisateurs de l'ONG "Million de moments pour la démocratie".

"Démission!", "Krim za Krym!" (en tchèque: "prison pour Crimée!"), "Tchéquie n'est pas Russie!", "Babis dans la poubelle!", ont notamment scandé les manifestants, rassemblés sous les drapeaux tchèques et ceux de l'Union européenne.

Le mouvement populiste ANO de M. Babis continue toutefois à dominer les sondages d'intention de vote, bénéficiant du soutien d'environ 30% des Tchèques.

Publié le 23/11/2018 09:17