Contenus en rapport avec le mot-clé: ni ni
Nathalie Kosciusko-Morizet : “Ces trois semaines de gouvernement - quelles que soient les réussites symboliques qu'il a pu obtenir - ne justifient pas que doive s'éteindre le courant d'une droite moderne”
Candidate à la seconde circonscription de Paris aux prochaines élections législatives, Nathalie Kosciusko-Morizet veut croire en une droite moderne capable de confronter le gouvernement d'Emmanuel Macron.
Publié le 09/06/2017 - 09h18
Macron est-il victime de la loi de Murphy?
La campagne de second tour d’Emmanuel Macron paraît plus compliquée que prévu, à tel point qu’on peut se demander dans quelle mesure il n’est pas victime de la loi de Murphy, celle de l’emmerdement maximal. Voici la liste des contrariétés qu’il engrange depuis dimanche soir…
Publié le 28/04/2017 - 08h17
Les sous-titres pour comprendre vraiment les consignes de vote des Républicains
Le bureau politique s'est tenu lundi 24 avril et s'est soldé par un compromis qui en dit long sur l'ambiance au sein du parti de droite. Mais on peut aussi voir cette mise à plat comme un premier plan de bataille en vue des législatives.
Publié le 25/04/2017 - 09h02
Nicolas Sarkozy ne veut pas "le changement du ni-ni en front républicain"
L'ancien chef d'Etat a de nouveau affirmé qu'il voterait pour François Hollande, en cas de duel PS-FN mais assure qu'il ne change pas de ligne de conduite.
Publié le 29/10/2016 - 10h53
Le “ni, ni”, “une faute morale et politique” ? Ce que le PS découvrirait s’il était aussi exigeant sur sa gauche que vis-à-vis du FN
Selon Manuel Valls, le "ni, ni" de l'UMP constitue "une faute morale et politique". Le Premier ministre devrait, cependant, regarder à deux fois sur ses propres extrêmes, et se demander pourquoi il peut paraître inconcevable de voter communiste.
Publié le 24/03/2015 - 06h28
Gérald Darmanin : "Dans ma région, ceux qui ont fait monter le FN avec une délectation toute scandaleuse sont les socialistes"
Le député-maire UMP de Tourcoing, insiste sur l'aspect démocratique et uni de son parti, qu'il ne souhaite pas voir réduit à la lutte Sarkozy-Juppé pour les primaires. D'ailleurs, il ne cache pas son soutien indéfectible pour Xavier Bertrand. Sévère avec le bilan des socialistes dans sa région, Gérald Darmanin défend l'attitude du "ni-ni" face au FN.
Publié le 16/02/2015 - 10h08
Mais où sont donc nos 5,5 millions de fonctionnaires français ?
Hôpital, école, fac, police... Pour un pays dont 25 % de la main d’œuvre salariée appartient à la fonction publique nationale ou locale, c'est à se demander comment une situation de sous-effectifs est possible.
Publié le 08/02/2015 - 09h12
UMP : Sarkozy veut un débat sur l'Islam et appelle Hollande à la "pudeur" sur le "ni-ni"
Après une semaine de tensions quant à sa position face au FN dans le Doubs, l'UMP a voulu afficher son unité aujourd'hui lors de son Conseil national à Paris.
Publié le 07/02/2015 - 21h53
Front républicain ou "ni-ni" : NKM souhaite que les militants UMP soient consultés
La vice-présidente de l'UMP Nathalie Kosciusko-Morizet juge que la "question fondamentale" du "ni-ni" en cas de duel FN/PS "a vocation a être posée" aux militants du parti.
Publié le 07/02/2015 - 13h35
Comment Nicolas Sarkozy a perdu son instinct politique (mais pas au point de ne pas réagir)
Mis en minorité lors du bureau politique de l'UMP qui devait statuer sur la position du parti vis-à-vis de l'élection partielle dans la 4e circonscription du Doubs, Nicolas Sarkozy doit désormais réaffirmer son autorité sur le parti s'il ne veut pas que les primaires de 2016 lui échappent.
Publié le 06/02/2015 - 12h38
Sarkozy : l'erreur fatale ? ; Hollande candidat en 2017 ; djihadisme et islam : le débat chaud-bouillant
Mais aussi le double discours qui entoure la "laïcité", la législative partielle du Doubs ou la preuve qu'il n'y a pas eu d'"effet Charlie" et, et, et... ce que va faire "Charlie Hebdo" de ses millions. Y'a de quoi lire, et de quoi réfléchir, dans la revue de presse des hebdos !
Publié le 05/02/2015 - 11h32
François Hollande invente son ni-ni à lui et acte que la fin de son quinquennat ne pourra plus se faire qu’en roue libre
"Ni Privatisations, Ni nationalisations". Si François Hollande se revendique de François Mitterrand, c’est dans cette formule bien connue que la ressemblance éclate le plus naturellement. Et le président semble même s’en revendiquer, comme le démontre son discours de ce 18 septembre.
Publié le 19/09/2014 - 11h49