À Propos

Ingénieur ENSC Clermont-Ferrand, Michel Vigier a occupé, en début de carrière, des postes de direction dans l’industrie, notamment en informatique, en France et à l’étranger. A partir des années 1995, il devient professeur de mathématiques et de sciences-physiques dans l’Education nationale et, licencié aussi en psychologie,  il entreprend un travail de recherche sur les difficultés d’apprentissages des notions fondamentales en mathématiques, en primaire, au collège et au lycée. Il a signé plusieurs publications scientifiques dans des revues professionnelles (ANAE, APMEP) et de nombreux articles de presse depuis 2009. Il est le président-fondateur de l’Association pour la Prévention de l’Innumérisme. L’association, grâce à ses interventions, a permis: 

  • de faire changer le paradigme dans l’Education nationale (« innumérisme » contre « dyscalculie ») ;
  • de faire reconnaître par l’Etat, dans la loi de 2013, le concept d’innumérisme ;
  • à la Commission de terminologie de définir le concept d’innumérisme.

 

Aujourd’hui, Michel Vigier alerte les décideurs et les pouvoirs publics sur la cause profonde, qui est culturelle, de l’effondrement industriel du pays.

Il poursuit son travail de recherche et d’expérimentations, et promeut des techniques nouvelles d’apprentissage dans la droite ligne des auteurs constructivistes, en tenant compte des découvertes récentes en neurosciences : c’est la " construction de l’échelle des fondamentaux en maths par la méthode des abaques".     

Ses travaux ouvrent de nouvelles voies pour une réelle " refondation " des apprentissages mathématiques à l’école. Les résultats d’expérimentation apportent régulièrement de nouvelles preuves de la justesse des hypothèses pédagogiques avancées.

Michel Vigier est le concepteur du " boulier didactique " et le co-auteur de la Méthode des Abaques, ouvrage publiée par l’association. De nouveaux ouvrages de vulgarisation vont être publiés en 2015.

Il est l'auteur d'un A-book paru en 2014 sur Atlantico éditions : La France handicapée du calcul - Vaincre l'innumérisme pour sortir du chômage

Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ses publications
Atlantico éditions
Un jeune Français sur deux connaît des difficultés en calcul contre 62 % des adultes. Tels sont les résultats mis en évidence par les études PISA 2012 et PIAAC 2013. Une tendance déjà constatée par l'Education nationale en 2008 qui depuis, n'a rien fait.
Ses Contributions
Risque pas calculé
Innumérisme : ce que nous risquons à devenir nuls en maths
Sans le savoir, nous utilisons les mathématiques de bases tous les jours en gérant nos comptes, en faisant nos courses… Problème, notre niveau en math a drastiquement baissé. Et les conséquences peuvent être plus graves qu'on ne le soupçonne.
12/07/2018 - 07h22
07
Mauvais classement
Compétences financières élémentaires : un classement international révèle que les Français font triste figure et voilà pourquoi nous en sommes là
Selon une étude du PIAAC (Institut d'étude qui évalue les compétences des adultes) parue en mars 2018, le niveau moyen des Français en calculs nécessaires pour des transactions financières élémentaires est assez bas, en-dessous des standards établis par l'OCDE.
19/03/2018 - 07h06
07
Vous en êtes ?
Maths : ceux qui les utilisent vraiment au travail... et la masse des autres
Selon une enquête du sociologue Michael Handel, moins d'un quart des travailleurs américains déclarent utiliser dans le cadre de leur emploi des connaissances mathématiques dépassant le cadre des simples fractions ou des pourcentages.
24/05/2013 - 11h06
017
Bonne excuse
La bosse des maths existe-t-elle vraiment ?
Une équipe de chercheurs américains affirme avoir trouvé des similarités dans le fonctionnement cérébral des enfants doués en mathématiques. L'aptitude aux mathématiques serait-elle innée ?
07/05/2013 - 08h52
02
Et un, et deux, et...
Pourquoi les Français ne savent plus compter (et pourquoi c'est grave)
A l'âge de 15 ans, les Français ont déjà suivi près de 1 500 heures de cours de maths depuis leur entrée au CP. Et pourtant, à la fin du collège, seuls 30% d'entre eux sont capables de multiplier ou d'additionner des nombres simples et de calculer des carrés simples.
18/04/2013 - 09h28
015
Contributeurs les + lus
Période :
24 heures
7 jours