En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Le Zap'Eco
Gerhard Schröder : "Sans réforme, pas de temps supplémentaire"
Publié le 04 mars 2014
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

Le Replay du jour : 

Gerhard Schröder était l'invité d'Europe 1 ce matin. Ancien chancelier allemand, il est auteur des réformes de "l'Agenda 2010" outre-Rhin bouleversant la politique économie et social de l'État à l'origine de la compétitivité de l'Allemagne. A propos de la poltiique économique renouvelée et du pacte de responsabilité du président de République, Schröder déclare que "nous n’allons pas donner des leçons, les propositions de François Hollande vont dans la bonne direction, je ne veux pas les évaluer".  


Pour Schröder, Hollande va "dans la bonne... par Europe1fr 

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz
   

Pour autant, l'ex-chancelier allemand présente les trois avantages de son pays par rapport au nôtre : "l’Allemagne est économiquement plus forte parce que notre production industrielle est plus importante que votre pays, nous avons des relations et partenariats sociaux et politiques, et troisièmement, l’Agenda 2010 nous a donné des possibilités d'action". Il rappelle que ses réformes se sont faites avec "difficultés" : "J’ai perdu mon poste à la chancellerie à cause de ça. Il faut accepter le risque de ne pas être réélu". Sur le respect du déficit fixé à 3% par la Commission européenne, il n’accepte pas de délais accordés à la France sans modification structurelle de notre économie : "Sans réforme, pas de temps supplémentaire"

Qui a dit ?  

 

"Avec la version break, la 308 sera sur les podiums des voitures les plus vendues en Europe."

Réponse : Xavier Duchemin, directeur de Peugeot, sur Radio classique. Devançant la BMW i3, la Peugeot 308 a été élu "voiture de l'année 2014".  "60 journalistes l’ont désigné meilleure voiture européenne. C'est une grande récompense pour l'ensemble de nos équipes." Une récompense qui se mesure au succès commercial du modèle selon le directeur de Peugeot : "La 308 est en tête de son segment en France, mais aussi en Europe.  Dans beaucoup de pays, on sera numéro un."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs la droite
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
04.
Ces éléments qui viennent perturber l'idée que le chômage serait revenu à son plus bas niveau depuis 10 ans
05.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
06.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
07.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
05.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
06.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pemmore
- 04/03/2014 - 12:47
quelles réformes?
le gouvernement (qu'il soit de gauche ou de droite) est incapable de maîtriser sa fonction publique donc de réduire son déficit.
C'est sur on pourrait liquider des ministères parfaitement inutiles comme la culture , l'agriculture , les transports les dom-tom etc c'est comme une tumeur ça se reforme plus loin.
la saucisse intello
- 04/03/2014 - 09:38
Hhhhheeeeeuuuuu.................
Monsieur le chancelier, si je supprime deux ministres, ça compte pour une réforme ?