En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

04.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 42 min 58 sec
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 2 heures 31 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 3 heures 41 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 4 heures 20 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 4 heures 45 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 5 heures 18 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 5 heures 45 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 6 heures 1 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 6 heures 48 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 7 heures 16 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 1 heure 50 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 3 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 4 heures 7 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 4 heures 22 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 4 heures 54 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 5 heures 29 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 5 heures 49 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 7 heures 33 min
© Reuters
© Reuters
RoboCop

Ce que l'emploi des Google Glass changerait pour la police (et pour les honnêtes citoyens...)

Publié le 12 mars 2014
La ville de New York a déjà acheté quelques modèles de Google Glass pour tester l'efficacité des lunettes à réalité augmentée. Ce qui risque de poser de sérieux problèmes en ce qui concerne le respect de la vie privée.
Maxime Pinard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Pinard est directeur de Cyberstrategia, site d'analyse stratégique portant sur les enjeux du cyberespace et de la géopolitique en général. Il est adjoint aux formations à l'IRIS, en charge de l'enseignement à distance et de la formation "Action...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La ville de New York a déjà acheté quelques modèles de Google Glass pour tester l'efficacité des lunettes à réalité augmentée. Ce qui risque de poser de sérieux problèmes en ce qui concerne le respect de la vie privée.

Atlantico : La police de New York a récemment fait l’acquisition d’un petit nombre de Google Glasses, afin d’évaluer leur capacité à épauler les policiers (voir ici), notamment dans leurs missions de patrouille. Reconnaissance faciale, accès aux avis de recherche ou à la base de données criminelle : cet outil ne présente-t-il que des bons côtés ? Pourquoi ?

Maxime Pinard : Les Google Glasses apportent quelque chose de positif dans la mesure où elles sont censées améliorer le travail des policiers. Ils auront accès à davantage d’informations sur les personnes qu’ils seront amenés à interpeler, et surtout ils pourront accélérer leur travail, puisqu’ils pourront prendre des photos, voire rédiger des rapports de police. Ce peut être utile en cas de flagrant délit, mais pour d’autres situations, l’intérêt reste obscur.

En revanche, on distingue beaucoup de dérives possibles. Ne serait-ce qu’avec le Patriot Act, la police américaine dispose de larges moyens pour appréhender des gens. Un « doute raisonnable » suffit pour justifier un contrôle d’identité. Les Google glasses pourront enregistrer n’importe qui, en ce cas.

Autre problème : il faut que la police soit correctement formée à l’utilisation de cet outil, qui autrement pourrait plus gêner les agents qu’autre chose. De plus le policier aura une responsabilité extrêmement lourde à porter, et il n’est pas dit que l’accès à toutes ces informations privées n’aura pas d’impact sur sa capacité à mener une interpellation de manière déontologique.

La logique américaine aujourd’hui, à l’instar de la NSA, consiste dans l’accumulation de données : plus on collecte d’informations, plus on se dit que l’on sera assuré de ne « rien louper ». Mais trop d’informations peut empêcher de distinguer celle qui s’avère être capitale. Avec les Google Glasses utilisées par la police, le résultat sera le même : de plus en plus de personnes seront fichées, ce qui ne fera pas nécessairement baisser la criminalité.

Il est étrange que la police de New York passe par Google, une société dont le fonds de commerce est tout de même fondé sur l’exploitation des informations collectées. Les policiers se rendraient alors dépendants d’une seule société pour effectuer leur travail. Or on sait que Google a travaillé avec la NSA ; on ignore donc, au final, où seraient stockées toutes ces informations.

Lorsqu’une personne est arrêtée, le policier pourrait avoir accès à toutes les informations la concernant en temps réel. Quels problèmes cela pose-t-il en termes de respect de la vie privée ?

En vérité la vie privée n’existe plus ; l’individu est quasiment mis à nu, alors que dans bien des cas il n’a absolument rien à se reprocher. Les policiers qui contrôleraient une personne pour un fait divers auraient accès à l’historique de toute sa vie. Ce serait très clairement l’avènement du Big Brother numérique. N’oublions pas que les Google Glasses servent les intérêts de leur concepteur vis-à-vis de son moteur de recherche. Ces lunettes puiseront dans la capacité de recherche de Google, qui est aujourd’hui phénoménale. Et il est sûr et certain que les données finiront par être piratées. Des groupes comme Anonymous se sont déjà amusés à intervertir des informations ; le système Android n’est absolument pas sûr à 100 %.

Finalement, l’éventuelle adoption de Google Glasses par les policiers américains n’équivaudrait-elle pas à l’ajout de quelques caméras supplémentaires dans un espace public déjà largement surveillé ?

En théorie oui, mais en réalité on franchit une nouvelle étape. Il faudrait d’abord se demander si cela apporte réellement davantage de sécurité, et ce que devient cette quantité d’information. A Paris, ville toujours plus quadrillée par les caméras de surveillance, le ciblage de l’individu en temps réel avec toutes ses informations personnelles n’est pas encore à l’ordre du jour. Les Google Glasses, elles, donnent accès à une masse d’information pour l’instant inégalée.

Si les missions des policiers sont filmées par ces Google Glasses, cela veut-il dire que des personnes, qu’elles soient suspectées ou non d’avoir commis un crime ou un délit, peuvent se retrouver dans une base de données sans même le savoir ? Sait-on ce qu’il adviendra de toutes les données stockées ?

Aujourd’hui aux États-Unis, si un contrôle est mené à tort par des policiers, on n’a droit qu’à un simple mot d’excuse. On ne dispose d’aucune garantie que le policier équipé de Google Glasses, en cas de contrôle abusif ou erroné, supprimera l’information selon laquelle il a interpelé telle personne. De plus, les Google Glasses, comme tout autre outil technologique, peuvent être piratées. Les bases de données n’étant pas infaillibles, n’importe qui peut accéder à une masse d’information phénoménale sur un quartier ou une population donnée. A terme, ces informations peuvent être monnayées, même par la police, pour du ciblage publicitaire. Les forces de police éviteront de le faire dans un premier temps, car ce serait un mauvais calcul politique, mais qui sait de quoi l’avenir est fait, surtout quand la somme d’informations sera devenue conséquente…

Peut-on imaginer que les technologies s’améliorant, des policiers marchant dans la rue puissent avoir accès grâce à la reconnaissance faciale à toutes sortes d’informations sur les personnes rencontrées, sans même avoir à les arrêter ?

Tel est le but, à terme. On se dirige vers un système à la Minority report : acquérir toujours plus d’informations pour désigner des profils types de personnes suspectes. Plus la base de données sera riche, plus elle sera utilisée. A tel point que lorsque des policiers croiseront une personne qui n’est pas fichée, cette dernière semblera suspecte, car inconnue des services. Pourquoi n’a-t-elle pas été enregistrée avant ? Les dérives potentielles sont colossales, pour des résultats très faibles en comparaison.

Propos  recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Adi Perdu
- 08/02/2014 - 07:13
Tout le monde peut faire des fautes...
...
qui ne sont d'ailleurs pas toujours des fautes d'orthographe !
Il y aussi des fautes de grammaire, de syntaxe, de ponctuation, de frappe...
Mais au bout d'un moment, on arrête de lire...
Je suis d'accord avec Opossum, après le fait d'hiver... Stop !
Quant au contenu... Que de lieux communs !
...
Bien sûr que les gens atteints de dyslexie ou de dysphasie peuvent s'exprimer, mais alors qu'ils fassent corriger leur texte !
Et il s'agit d'un article de presse, pas d'un commentaire !
...
superliberal
- 07/02/2014 - 21:58
L'ortografe
Moi aussi je suis nul en ortographe malgré mes super diplômes français et internationaux...on s'en fout de l'ortaugraf réservé aux petites gens qui ne parlent que le Gaulois....
Mais ce qui est sûr c'est quand le sage montre la lune l'idiot regarde le doigt
Renaud Bouchard
- 07/02/2014 - 19:56
Fait d'hiver...
Eau ce court! On se relit, Cher Monsieur.